Evolution – Lucile Hadzihalilovic

Evolution de Lucile Hadzihalilovic est le second film de la réalisatrice, qui a auparavant pas mal travaillé avec Gaspard Noé, après Innocence en 2004. Elle y explore à nouveau la veine du fantastique.

Evolution Une

Nicolas (Max Brebant), âgé d’une dizaine d’années, vit avec sa mère (Julie-Marie Parmentier) dans un étrange village en bord de mer. Ce lieu est uniquement peuplé de femmes et de jeunes garçons du même âge que Nicolas. Tous doivent prendre chaque jour un médicament sans être malades et se retrouvent régulièrement dans un hôpital qui abrite de sombres secrets. Aidé par une infirmière bienveillante (Roxane Duran), il cherche à savoir ce qui se passe dans ce village et pourquoi les femmes se retrouvent sur les rochers la nuit.

Evolution AfficheFilm à l’atmosphère à la fois oppressante et contemplative, Evolution se déguste lentement au gré de sa poésie et de ses images superbes. Il y a un vrai effort de mise en scène qui subjugue par sa poésie. Le tout est très bien servi par l’interprétation des personnages, notamment celle du jeune Max Brebant. De par son ambiance et son aspect brut et mystérieux, Evolution fait aussi beaucoup penser à la série Les Revenants. Du coup, c’est plutôt compliqué d’y comprendre grand-chose : mutations, expériences scientifiques, pure cruauté ? Aucune idée. Mais rien que pour les scènes dans l’hôpital, qui rappellent un peu les premiers Caro & Jeunet (les boursouflures d’effets en moins), cela vaut le détour pour cette version presque lumineuse de La Cité des enfants perdus.

Lucile Hadzihalilovic travaille beaucoup ses images sans en donner l’impression en collant au plus près de ses personnages. On retrouve chez elle un goût prononcé pour filmer et sublimer la nature et les éléments, un peu comme chez Naomi Kawase. Difficile d’ailleurs de ne pas penser à Still the water lors des longs plans sur la mer, personnage à part entière du film, ainsi que pour les scènes filmées sous l’eau. Le début cite aussi clairement le long-métrage de la réalisatrice japonaise avec cette ouverture sur la découverte d’un cadavre rejeté par la mer.
Quant aux personnages féminins, ils brillent par leur ambiguïté. Les femmes présentes sur l’île sont à la fois sorcières, sirènes, mères de substitution, qui mutilent et réparent les corps des enfants.
Ce côté « film d’auteur » a d’ailleurs séduit le jury du dernier festival du film fantastique de Gérardmer et obtenu le prix du jury fin janvier.

Julien Damien

Evolution
Film français de Lucile Hadzihalilovic.
Genre : fantastique, thriller.
Durée : 1 h 21.
Date de sortie : 16 mars 2016.

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *