S. – J.J. Abrams et Doug Dorst

Le touche-à-tout J.J. Abrams (Lost, Star Trek, Star Wars) s’attaque au roman avec son compère Doug Dorst. Evidemment leur S. ne pouvait pas ressembler à un ouvrage traditionnel et se révèle être une réelle expérience littéraire.

abrams-dorst-s-une

Objet littéraire non identifié, S. de J.J. Abrams et Doug Dorst, paru en catimini début 2014 ressort opportunément avec la sortie du 7e volet de Star Wars. Car avant d’être un livre, S. est bel et bien un objet qui raconte en lui même l’histoire de ce curieux roman. En effet, une fois retirée la première couverture, on se retrouve avec dans les mains non pas S. mais un exemplaire issu d’une bibliothèque du Bateau de Thésée écrit par un mystérieux écrivain nommé V.M. Straka. En fait, S. se présente comme un « found footage » littéraire puisqu’on est censé avoir dans les mains un livre emprunté par deux jeunes étudiants américains, Jen et Eric, qui s’échangent des messages dans la marge du roman écrit (fictivement) par Straka. Difficile de ne pas penser au brillant La Maison des Feuilles de Mark Z. Danielewski.

s-couverture-seuleLe procédé est original car il associe à ces annotations tout un tas de photos, coupures de presse, cartes postales, plan griffonné sur une serviette de restaurant, ou encore un disque servant à traduire un mystérieux code. La mise en abyme est par ailleurs vertigineuse car on se retrouve face à de multiples niveaux de lectures. Il y a d’abord le roman Le Bateau de Thésée et son mystérieux S. qui n’a aucun souvenir de son identité ni de son passé et qui se retrouve enlevé sur un mystérieux bateau chaque étape l’obligeant à lutter plus ou moins malgré lui contre un patron omnipotent, Vévoda.

Il y a aussi les notes du traducteur, qui s’avère rapidement être une traductrice qui servent à éclairer le lecteur mais aussi, d’après Jen et Eric à communiquer avec Straka, qu’elle n’a jamais vu et dont personne ne connaît la véritable identité. Il serait mort assassiné par un richissime marchant d’armes dans les années 40 et est suspecté, en plus d’être un génial écrivain d’être un activiste défenseur du monde ouvrier. On lui prête aussi divers attentats et meurtres et d’être à la tête d’un collectif d’écrivains engagés, notamment durant la Guerre d’Espagne, appelé le S. Là aussi l’effet de manche n’est pas nouveau. José Carlos Somoza l’a employé dans son polar grec La Caverne des Idées, où un traducteur fictif racontait une expérience étrange dans les notes de bas de page du roman. Idem dans Vengeance du Traducteur de Brice Matthieussent où traducteur et auteur se livrait à une véritable guerre interne.

Enfin, le lecteur se retrouve face à la double-histoire de Jen et Eric qui essaient de démasquer Straka tout en essayant de devancer et de concurrencer d’autres chercheurs sur le sujet.

S. est donc avant tout une curiosité qui demande au départ une bonne gymnastique mentale pour alterner roman, notes du traducteur et annotations manuscrites dans les marges. Mais au final, le lecteur est vite captivé par les deux histoires racontées,celle du Bateau de Thésée et la traque de Straka. Une réussite.

Julien Damien

S.
J.J. Abrams et Doug Dorst
Editeur : Michel Lafon.
350 pages – 24,95 €.
Date de parution : janvier 2014

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *