5+5 = Baptiste Walker Hamon

Après la sortie de L’Insouciance, Baptiste Walker Hamon évoque quelques albums qui l’ont marqués ces derniers temps mais aussi au cours de ses jeunes années.

Baptiste Walker Hamon

Nourri autant par les songwriters de la musique Country/folk (Leonard Cohen, Town Van Zant…) que par de grands noms de la chanson française des années 60/70 (Barbara, Reggiani, Moustaki…), Baptiste W. Hamon a réuni ces deux influences dans L’insouciance, un premier  un album lumineux, et d’une sincérité touchante paru en mars 2016.
Pour aller un peu plus loin, il évoque ici quelques disques qui comptent et ont compté dans son parcours personnel.

5 disques du moment :

Bertrand Belin – Cap Waller
Un grand disque encore une fois. Belin est immense, incernable, puissant, singulier. Un lettré, un vrai, un écrivain de chanson qui ne se fout pas de notre gueule, qui dit juste.

Alma Forrer – Ne dis rien
Un disque sublime. Joan Baez. Barbara. Alma.

Philémon Cimon – Les femmes comme des montagnes
Songwriter québécois inventif, son dernier disque est aussi beau que le précédent, qui déjà m’avait frappé en pleine poire.

Jason Isbell – Something more than free
Une écriture racée qui sent bien le sud, héritier du Springsteen de Nebraska et du Neil Young de Zuma – il rassemble un très large public en Amérique ces temps-ci. Jason a tout gagné, c’est mérité.

Carla Morrison – Amor Supremo
J’ai envie d’aller faire un tour au Mexique ces temps-ci.

5 Disques pour toujours :

Leonard Cohen – Songs of Love and Hate
Famous Blues Raincoat est la plus belle chanson du monde. En fait, chacune des chansons de cet album pourrait prétendre à ce titre. Sur mon île déserte si je veux me souvenir du génie des hommes, je m’allonge face au soleil, je le regarde dans les yeux et j’écoute ce disque.

Belle and Sebastian – If You’re Feeling Sinister
Mes premières amours musicales, mes premières larmes, mes premières envies de prendre une guitare pour chanter l’amour aux filles.

Dominique A – La mémoire neuve
Living Legend. Nous lui devons tant.

Palace – Viva Last Blues
Avec cet album, j’ai découvert plein de trucs en même temps : le folk, l’americana, l’alt-country, le lofi, l’esprit punk, et le gars Oldham avec qui j’ai eu envie d’enregistrer une chanson sur mon premier album. Comme un rêve.

Guy Clark – Old N°1
Un des plus grands disques de la génération « outlaw » des années 70 aux Etats-Unis. Dylan a récemment cité Guy Clark et John Prine comme ses songwriters préférés. J’ai écouté les deux compulsivement avant même de me plonger dans Dylan, et je peux vous dire qu’il a bon goût Bobby.

Baptiste Walker Hamon – L’insouciance
Label : Manassas/Sony Music
Sortie : le 04 mars

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *