The Girlfriend Experience – Saison 1

Après la décevante Flesh & Bones, La chaîne Starz lance The Girlfriend Experience. Adaptée du film éponyme de Soderbergh, la série pourrait être enfin la relève charismatique tant souhaitée.

The Girlfriend Experience photo de la série

C’est l’histoire la plus vieille du monde, son métier bien entendu aussi, passé entre les mains perverses de tous ; de Balzac, Zola à Despentes ou Palanhiuk en passant par les écrans, de Jeune & Jolie d’Ozon à The Secret Diary of a Call Girl avec Billie Piper. La prostituée revient attirer les foules, avec son lot de mystère imprenable, de charisme et de sensualité intime. Dans The Girlfriend Experience, elle s’appelle Christine.
The Girlfriend ExperienceA l’image de Jeune & Jolie, avec une Marina Vacht aussi fantastique qu’impérieuse, la série repose sur les traits intrigants de son héroïne, vamp idéale, joli minois et plastique infaillible, yeux de biche et chevelure aguicheuse. Plus qu’un physique, la jeune fille est un mystère, étudiante en droit plutôt douée, employée d’une grosse boîte juridique de Chicago, endettée par ses prêts étudiants, attirée par l’idée de la prostitution qu’elle fantasme de façon romantique et branchée. Indépendante, dont la froideur est palpable, Christine Reade, jouée par Riley Keough, petite fille d’Elvis Presley, est une fille contradictoire. Jeune fille de trempe, libre et rude, pratiquant une sexualité décomplexée, souvent anonyme, Christine cherche pourtant la soumission, ce jeu de pouvoir infime qui se niche dans chaque rapport à l’autre, soucieuse de plaire, de répéter les bonnes phrases aux bonnes personnes, dictée par son amie qu’elle croit, elle, sur paroles. Époustouflée par le monde des affaires, les figures de poigne, Christine va accepter de basculer dans un monde assommant de cruauté dirigée par la main -perverse, encore- de l’homme. Ce qui lui plaît, à Christine, c’est de pouvoir gravir les échelons, gagner en stature, en poids. Très peu une question d’argent, bien que cela contribue au confort et au nouvel appartement spacieux en plein Chicago, mais une façon cynique et désabusée de se faire confiance parmi les requins afin de pouvoir un jour, elle aussi, jouer aux grands prédateurs.

Dans un style aussi sec que froid, The Girlfriend Experience est une immersion pure dans une société ultramécanisée, ultradétachée, dominée par la hiérarchie et l’appât du gain où chacun tente de faire sa place, de grignoter du capital. La narration est aussi dénouée, lente que son héroïne, désabusée et chancelante, dont l’ambiance implacable rappelle les meilleurs romans de Bret Easton Ellis. Aussi contemplative que son héroïne, la série ne juge pas, ne condamne jamais son héroïne qui ne fait qu’écouter les autres, ses clients, noter qui ils sont sur des fiches mémos d’Iphone. La série fait la même chose, manifeste dans son goût pour l’épure et de sa liberté créative. Comme un soutien, la série, jamais racoleuse, jamais sous ou surécrite, tient son personnage féminin comme une cheville dans ses choix périlleux, ses dérives, ses laissez-passer, elle la suit perpétuellement à quelques mètres, derrière elle, toujours, dans ses couloirs d’hôtels indissociables, sans visage, sans empreinte, où Christine suit des inconnus, montée sur ses talons de luxe.

Julien Dufresne-Lamy

The Girlfriend Experience
Série dramatique de Steven Soderbergh
Scénario     David Levien et Brian Koppelman
Avec : Riley Keough
13 épisodes de 30 minutes
Première diffusion US : 10 avril 2016 sur Starz
Première diffusion France sur OCS Max

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *