Le Niçois – Joann Sfar

Jacques Meranda revient dans la bonne ville de Nice, dont il a été le Maire pendant de nombreux mandats, pour en reprendre la Mairie. A la force du poignet plus qu’avec de longs discours… On se ne se refait pas !

joan sfar
COPYRIGHT © Jérôme Bonnet pour Next

Joann Sfar, dessinateur de BD talentueux et singulier, réalisateur (notamment d’un biopic fameux sur Serge Gainsbourg) ajoute une corde à son arc déjà bien tendu : l’écriture. Il nous livre avant l’été une farce politique très réussie, où il imagine le retour de l’ancien maire de Nice, Jacques Médecin, dont les mandats furent entachés par de nombreuses magouilles, de funestes compromissions dont le rapprochement avec Jean-Marie Lepen fut l’apothéose !
Il s’exilera en Amérique du Sud au début des années 90, pour fuir une ville où il n’avait plus le vent en poupe, c’est le moins que l’on puisse dire.

Le Niçois - Joan Sfar couvertureUn personnage haut en couleur, flamboyant, roublard, sans foi ni loi, qui ne connait pas le moindre doute. quand ses intérêts sont en jeu. Une sacré figure politique et romanesque à la Chirac, (dont les convictions laissent à désirer, mais un protecteur, un père qui semble tout donner pour SA ville).

Joann Sfar avoue vouer une admiration certaine à l’homme, qui a illuminé de ses frasques son enfance niçoise, quand son père était conseiller municipal de Jacques Médecin. André Sfar est d’ailleurs un des personnages clé du Niçois, et Joann n’hésitera pas à se mettre lui-même en scène pour faire une brève apparition. On constatera à cette occasion qu’il n’est pas plus tendre avec lui qu’avec les personnages qu’il caricature excellemment tout au long de ce jeu de massacre !

Car à la manière du grand Frédéric Dard dont Joann Sfar se revendique, et de ses San Antonio, il compose une aventure burlesque, émaillée de course-poursuite, de « bourre-pif », de sexe bien salace, comme au bon vieux temps de l’inspecteur fanfaron et de son co-équipier lourdingue, Béru. Nicolas Sarkozy, Carla Bruni et d’autres camperont des personnages tout aussi ridiculisés et seront également à la fête !

Gageons également que Joan Sfar règle quelques comptes avec des personnalités médiatiques, qu’il ne porte pas en odeur de sainteté : ainsi le créateur de Médiapart, Edwy Plenel, qui devient sous la plume de Sfar, un bateleur abruti et grossier, mono maniaque dans ses convictions et ses arguments… Bigre. Pas de procès en vue ?

Car le parti pris de Sfar est de rebaptiser le maire actuel de Nice (à qui il réserve de nombreuses péripéties), et son prédécesseur qui revient pour réclamer la tête de sa ville, mais d’utiliser « tels quels » de nombreuses personnalités politicardes, cela pour des raisons que nous ne connaissons pas… mais que nous imaginons !

Une satyre politique qui ne fait pas dans la finesse ni la dentelle, vous vous en doutez, mais sacrément revigorante !

Hugues DEMEUSY

Le Niçois
Joan Star
Michel Lafon
280 pages – 18,95 euros
Date de parution : 25 mai 2016

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *