Blktop Project – Concrete Jungle

Tommy Guerrero et ses potes skaters rassemblés pour un album d’impros influencé par le son soul, funk du San Francisco des 70’s et le jazz californien des années 50.

Blktop Project

Entre le skate et la musique, la frontière a toujours été très facile à traverser. Un peu comme si la musique était le prolongement artistique du skateboarding. Même si on connaît très peu de musiciens reconnus dans le skate (coucou Jay Mascis), l’inverse se vérifie plus souvent lorsqu’un skater se met à la musique. Le plus cité d’entre eux reste Tommy Guerrero, celui-là même qui fut dans sa jeunesse un digne représentant de la légendaire Bones Brigade. Très respecté dans le milieu du skate, il l’est tout autant lorsqu’il se met à jouer de la musique.

Blktop-ProjectL’Américain est l’auteur de plusieurs albums depuis la fin des années 90 dont le tout récent Perpetual sorti chez Grand Palais à la fin de l’année 2015. C’est sur ce même label que Tommy Guerrero sort un nouvel album avec son side-project Blktop Project. Une formation née en 2002 sous l’impulsion du célèbre magazine de skateboard SLAP qui a eu un jour la belle idée d’unir Tommy Guerrerro à trois autres skaters (Ray Barbee, Chuck Treece et Matt Rodriguez) afin d’enregistrer des sessions d’improvisations entre deux séances de skate.

Deux albums sont sortis coup sur coup en 2006 et 2008. Il aura fallu attendre huit ans pour connaître la suite de Lane Change. Pour l’occasion, Blktop Project s’est adjoint les services du bassiste Josh Lippi que l’on a déjà croisé aux côtés d’Alice Russell ou encore d’Anthony Valadez.

Enfermé dans un studio pendant quatre jours, le groupe a donné libre cours à ses instincts les plus créatifs lors d’intenses improvisations instrumentales. Comme à chaque fois que l’escouade se retrouve enfermée dans un studio, il se dégage des grands moments d’improvisations et Concrete Jungle le prouve une fois de plus. Enregistré en direct, le troisième album jamme entre les rythmes soul, funk et latino tout en rendant hommage au jazz californien des années 50.

« Cet album est dédié à ceux qui roulent » apprend-on au détour d’une note. C’est exactement ça, sauf qu’ici, le skate a été remplacé par une belle cylindrée américaine. Grâce à ces onze morceaux épris d’une liberté totale, les paysages d’une Amérique sauvage et libre défilent sans même avoir bougé d’un centimètre. Magique.

Damien Boyer

Blktop Project – Concrete Jungle
Label : Grand Palais / Modulor
Date de sortie : 10 juin 2016

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *