Les sorcières de la République – Chloé Delaume

Chloé Delaume est de retour avec une satire bien sentie de notre époque. Télé poubelle, politique douteuse, place des femmes dans la société… Tout y passe. Pour le pire des constats mais le meilleur de la littérature.

© Hermance Triay
© Hermance Triay

Imaginez un peu… Un monde où les femmes auraient pris le pouvoir. Où à grand coup de référendum, on aurait décidé d’oublier tout un pan de l’histoire politique française. Mettant pour cela en place une période de “grand blanc”. Complètement dingue, non ? En direct du tribunal, en 2062, la journaliste Marjoline Pithiviers vous fait vivre, seconde après seconde, le procès inédit de la Sybille, prophétesse de la révolution des femmes, qui a fondé le Parti du Cercle, “réseau antiphallocratique”, et qui a remporté les élections en France en 2017. Tapez 1 pour la sauver. Tapez 2 pour la lyncher. Ça vous rappelle quelque chose ? Oui, Chloé Delaume emprunte les codes de la télé réalité pour se moquer de ce grand bal divertissant que peut parfois devenir le monde contemporain. Si sa prose et la structure de son roman sont complètement délirantes, ce qu’elle raconte n’est pas si pure folie que cela. Et c’est bien ce constat qui nous donne des sueurs froides.

DelaumeChloé Delaume étrille, tour à tour, les chaînes d’info en continu qui lobotomisent le cerveau de ses téléspectateurs ; la tyrannie du buzz à tout prix ; la politique d’immigration en France ces dernières années… et tout cela sous couvert d’une fantaisie littéraire qui ne dénonce jamais frontalement. Mais toujours subtilement… C’est foisonnant, sans pitié et surtout d’une ironie et d’une drôlerie si féroce. Si c’est le procès de la Sybille qui est en jeu, l’auteure s’amuse surtout à faire celui de la France de 2016. “La France est le pays des droits de l’homme, c’est pourquoi une femme sur dix y était victime de violences conjugales et que, tous temps de travail confondus, l’écart de salaire pratiqué était de 30 %. 70 % des chercheurs étaient des hommes, 60 % des enfants de moins de trois ans gardés par leurs mères.”

Ces “sorcières de la République” ont pris le pouvoir en France après que le pays ait été laissé à feu et à sang en 2017… Fictif vraiment ce roman ? Si vous doutez, le name-dropping finira par vous convaincre : on voit ainsi passer “les comptes en Suisse de Cahuzac”, “les trente paires de chaussures d’Aquilino Morelle”, “la phobie administrative de Thomas Thévenoud”. Vous en voulez encore ? Une dernière petite envolée littéraire pour la route : “C’est dû au syndrome de la toute-puissance pachydermique, ça touche tous les éléphanteaux élevés au grain de l’impunité.” N’en jetez plus ! Nos politiciens en ont pour leur grade. On rit faute d’en avoir trop pleuré… Chloé Delaume transforme le marasme politique en farce jubilatoire. Bravo pour cette sacrée performance !

Delphine Blanchard

Les sorcières de la République
Chloé Delaume
Éditeur : Le Seuil
368 pages, 20 €
Date de parution : 18 août 2016

Envie de partager :

2 thoughts on “Les sorcières de la République – Chloé Delaume

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *