Petit animal sauvage – Anne Françoise Brillot

L’équipée sauvage d’une jeune fille de 14 ans qui rêve de s’extirper de son milieu. Prête à tout, même au plus dangereux, pour assouvir son envie de liberté. Un premier roman très touchant.

afbrillot
© Bruno Suet

À 14 ans, la plupart des jeunes filles sont libres, rebelles et insouciantes. Fanon est libre et rebelle. Mais l’insouciance, non, elle ne connaît pas. La faute à une mère qui boit trop. Un père qui va bientôt fuir ce climat familial devenu trop lourd. Des garçons trop vite embrassés et désirés. Le désir n’est jamais insouciant, encore moins lorsqu’on est une jeune demoiselle. Il y a des traces que le corps n’oubliera pas. Des bleus à l’âme qui ne s’effaceront pas.

brillotlivreAu fur et à mesure de ce court récit très singulier, Fanon s’enfonce… Dans la nature, elle qui vit en banlieue parisienne et qui squatte chez ses copains d’HLM. Fanon explore sa part la plus sombre. Pourquoi essayerait-elle de faire bonne figure quand les adultes qui l’entourent montrent leurs plus terribles visages. C’est l’histoire d’un lâcher prise que raconte Anne Françoise Brillot dans ce premier roman très réussi. Mélancolique et sensible. Cette Fanon touche droit au cœur. Que l’on soit une fille ou un garçon. Que l’on ait beaucoup plus que 14 ans ou non. On a tous une petite Fanon en nous. Il faut parfois du courage pour se lever le matin. Pour sauver les apparences. Pour s’intégrer dans la société. Et avec le sourire s’il vous plaît !

Fanon, elle, décide de ne plus sourire. De tracer sa route faite de doutes vertigineux. Cela peut parfois être dangereux. Une mauvaise rencontre peut si vite arriver. Mais c’est souvent proche du danger que l’on se sent enfin en vie. Que le cœur se remet à tambouriner fort. Or le danger est une addiction comme une autre. Il en faut toujours plus pour que l’oxygène revienne.

Anne Françoise Brillot réussit à dresser un poignant portrait de ce petit animal. Sinon féministe, du moins engagé. Les touches finales de certains chapitres distillent des rappels à la loi : “1980 : loi sur le viol qualifié de crime” ; “Loi Veil dépénalisant l’avortement : janvier 1975”. Le message est subtil et donc d’autant plus percutant. L’auteure ne fait aucun discours moralisateur. Il n’empêche que le récit de son petit animal sauvage nous griffe les entrailles.

Delphine Blanchard

Petit animal sauvage
Anne Françoise Brillot
Éditeur : Mercure de France
128 pages, 12,50 €
Parution :  1er septembre 2016

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *