Post-scriptum – Alain-Claude Sulzer

Lionel Kupfer est un acteur de premier plan du cinéma allemand des années 30. Pendant que l’Allemagne subit la montée du nazisme, la vedette qui est juive doit se cacher. Il s’exilera aux États-Unis où il essaiera de reconstruire sa carrière.

Alain Claude Sulzer, ©JuliaBaier
©Julia Baier – Actes Sud

On retrouve ici avec le plus grand plaisir les thèmes de prédilection de l’écrivain suisse : les destins contrariés, les parenthèses enchantées au cœur de Palaces dans les montagnes suisses. Et puis ce procédé narratif qui consiste a suivre le héros du livre à plusieurs époques-clés de sa vie, qui loin de perturber le lecteur, le fait voyager à travers les époques et l’oblige peut-être à une plus grande attention.

Post-scriptum - Paul-Alain Sulzer couvertureAlain-Claude Sulzer déploie des trésors d’empathie envers ses personnages dont on partage les joies, les souffrances, les doutes. Il décrit avec une rare intensité mais toujours avec délicatesse les amours impossibles où ce sont la différences de condition sociale et l’âge qui sont des freins. C’est vrai, les personnages de Sulzer sont toujours dénués de la faculté à être heureux, ou tout au moins épanouis, et restent dans la culpabilité, la frustration. Ici, une star du cinéma allemand qui doit travestir ses amours désenchantés, et qui fait face à la double peine : juif et homosexuel.

Un univers désuet (à l’image de la couverture du roman), mais dépeint avec finesse qui dévoile ses tragiques limites et les faux-semblants qui s’y attachent.

La relation brève qui unira Kupfer la star du cinéma allemand au jeune Walter, un jeune postier attaché au Palace Suisse, dans lequel Kupfer vient se reposer et s’ennuie ferme, va déterminer la vie du jeune postier, alors que l’acteur l’oubliera vite, emporter par le tourbillon de sa vie, est symptomatique de l’intrigue. Ils se croiseront bien plus tard sur un vol où Walter est devenu steward, et pourquoi n’oseront ils pas se saluer alors que….

Alain-Claude Sulzer cultive cet univers des possibles qui ne se transforment pas en rêves éveillés.
Une grande tristesse se dégage de ce livre qui possède pourtant des fulgurances romanesques mémorables.

Post-Scriptum : une énigme se dévoilera à la fin du livre…

Hugues DEMEUSY

Post-Scriptum
Roman de Alain-Claude Sulzer
Editeur : Jacqueline Chambon/ Actes Sud
279 pages – 22 euros
Date de parution : 7 septembre 2016

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *