Kobane Calling – Zerocalcare

C’est la bande dessinée qui a cartonné cette année en Italie, et on comprend pourquoi. Ce carnet de voyages est comme une bouffée d’oxygène dans l’atroce conflit syrien.

Kobane Calling - Zerocalcare

Zerocalcare et ses potes sont mandatés par un journal pour une mission humanitaire au Kurdistan, au nord de la Syrie. Dans cette région en guerre, bravant les dangers, ils découvrent l’impensable : le Rojava, une entité « fédérale démocratique » proclamée par la résistance kurde, véritable utopie politique en devenir.

Kobane Calling - ZerocalcareAvec ce carnet de voyages pour le moins atypique, Zerocalcare, (encore) jeune dessinateur issu de la mouvance alternative italienne, nous emmène au cœur du conflit syrien. Ce n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler du journalisme, d’ailleurs cela n’a pas prétention à l’être, cela se veut plutôt un recueil de témoignages et de réflexions très personnelles de l’auteur sur son périple au Kurdistan, présenté dans de façon humoristique et ludique comme le ferait un Fabcaro, si l’on veut chercher à établir une comparaison. Pour tout dire, le doute surgit dès les premières pages. Et là on se dit : ma parole, il marche sur un champ d’œufs le gars… Comment va-t-il s’en sortir en traitant un sujet aussi sérieux voire tragique avec la légèreté induite par son humour potache punko-geek, autocentré au point d’en être presque agaçant, grouillant de références générationnelles qu’un non-italien voire non-romain aura quelque difficulté à appréhender, et qui semble parfois perdre son impact à la traduction – même si Brune Seban a fait un travail tout à fait honorable… Mais malgré sa propension à s’autoflageller plus que de coutume, avec un sens de l’autodérision qui sert sans doute à bloquer tout risque de dérive égocentrique, Zerocalcare se sort très bien des pièges et prouve par là son côté briscard (le simple fait de revenir en un seul morceau d’un pays en guerre l’atteste…). D’un point de vue narratif, c’est vif, créatif et souvent pertinent, malgré quelques longueurs et même si on peut avoir parfois l’impression qu’il s’adresse à un public d’ados mal dégrossis…

La mise en page, on s’en doute, est très libre, avec des cases tracées à main levée, donc de traviole. Quant au dessin, il est à l’image du propos. De veine humoristique, le trait noir et blanc se fait nonchalant ou nerveux selon le degré de gravité (impossible de ne pas représenter les morts liés à cette guerre…), parfois plus descriptif quand le ton est « journalistique ». Contre toute attente, cela fonctionne, et on peut dire que Zerocalcare se sort brillamment de cet exercice périlleux.

Au final, une fois qu’on a refermé le livre, il reste des images et des ambiances, drôles et moins drôles,  mais surtout des portraits magnifiques de résistants. Et sous le masque du globe-trotter potache un peu chochotte allaité à la Gameboy apparaît en réalité un citoyen courageux, curieux et empathique, soucieux des malheurs de ses frères et sœurs humains, en quête d’une vérité autre que celle délivrée par les médias de son pays (et occidentaux en général). En deux mots, Zerocalcare a fait ce que rechignent à faire rédactions et journalistes de nos sociétés de l’information, se complaisant habituellement dans le sensationnel et le futile. Son point de chute était Kobané, ville symbole de la lutte contre l’Etat islamique, Et ce qu’il a découvert là-bas est tout bonnement stupéfiant.  Au beau milieu de ce chaos, des citoyens kurdes, notamment un groupe de femmes combattantes avec qui il va vivre plusieurs jours, s’efforcent avec détermination et bienveillance de pratiquer la démocratie dans le vrai sens du terme (abolition du patriarcat, égalité hommes-femmes, éducation gratuite, autogestion, etc.), à l’opposé de Daech et ses vieilles lunes obscures. . Une utopie politique qui pourrait rappeler la Commune de Paris ou la République espagnole, une sorte de laboratoire pris dans le triple étau des gouvernements turc et syrien et de Daech, donc encore fragile. Cette utopie, elle s’appelle Rojava, région autonome de Syrie. Mais Rojava, c’est un peu plus que de la géographie, c’est surtout une idée, et on ne tue pas une idée. Rojava, retenez-bien ce nom.

A l’heure où un véritable crime contre l’humanité se produit dans la région avec les bombardements menés conjointement par les armées de Bachar El-Assad et de Poutine contre des civils et des centres de soins dans la ville d’Alep, il y a urgence à lire cet ouvrage. Un travail admirable et instructif, par un vrai citoyen du monde.

Laurent Proudhon

Kobane Calling
Scénario & dessin : Zerocalcare
Editeur : Cambourakis
257 pages –  23 €
Parution : 7 septembre 2016

L’auteur a décidé de reverser une partie des recettes de la vente de cet ouvrage à des actions en solidarité au peuple kurde.

 

Kobane Calling – Zerocalcare – Extrait :

Kobane Calling - Zerocalcare

 

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *