5+5 = Bertrand Betsch

A l’occasion de la parution de son dixième album, La vie apprivoisée, Bertrand Betsch évoque ses coups de cœur du moment et ses disques fétiches.

Bertrand Betsch photo © Gilles Vidal
photo © Gilles Vidal

On l’a découvert chez Lithium, il y a 20 ans, en même temps que les Vanot, Dominique A, Mathieu Boogaerts, Katerine ou Jérôme Minière. A l’image de cette génération de chanteurs qui a plutôt bien vieilli, Bertrand Betsch continue de bâtir une discographie qui, avec ce nouvel album, va pendre une nouvelle dimension. Car comment ne pas succomber à la beauté de ces chansons aussi légères que profondes qui parsèment ce disque rempli d’amour et de sentiments divers. Tout ça sans la moindre mièvrerie et porté par des orchestrations comme on n’en avait rarement entendues chez lui avant.
Le meilleur album de Bertrand Betsch et sans doute le plus universel aussi.

5 disques du moment :

La Maison Tellier – Avalanche
La Maison Tellier, d’album en album, ne cesse d’élargir sa palette. On les a découvert il y a une dizaine d’années sur un mode très folk. Ils sont aujourd’hui plus pop et plus chanson française catégorie chefs de tribu. Cet album s’impose comme leur plus personnel. Un « Je » s’affirme enfin, un « Je » auquel il serait bien difficile de ne pas s’identifier. J’en veux pour preuve leur plus fameux titre à ce jour, « Haut, bas, fragile ». Cette chanson superbement interprétée est LA chanson de toute une génération (celle des quadra), une chanson identitaire qui résume nos vies avec une rare subtilité. Elle s’impose d’emblée comme un standard, malheureusement pas de ceux qui passent à la radio, mais assurément de ceux qui vous raclent les os et que l’on écoute en boucle quand on ne sait plus trop d’où l’on vient. En tant que songwriter c’est une chanson qui m’intimide beaucoup. En fait n’importe quel songwriter donnerait un bras pour écrire une chanson de cet acabit. Quand au reste de l’album c’est également de la haute couture. Comme d’habitude, ils s’en tiennent à l’excellence.

Arman Melies – Vertigone
Il y a des albums qui sont des étreintes. Le dernier album d’Arman Melies est de ceux-là. Il vous attrape et ne vous lâche pas une seconde. C’est un volcan, une éruption. Ça vous brûle les lèvres comme un secret longtemps tenu. C’est de la braise. C’est urgent. C’est flamboyant. Cet album m’accompagne depuis sa sortie en 2015. D’ors et déjà un classique du rock français. Avec un parcours sans faute depuis ses débuts, Arman Melies s’impose comme l’un des plus grands artistes de sa génération.

Nord – L’amour s’en va EP
Six morceaux. 21 minutes d’une incroyable densité. A écouter en mode Play it again Sam. Quand il passe à la maison, c’est jamais moins de dix fois d’affilée. Subtilité de la production parant d’électro un folk français complètement personnel. Les mélodies sont à tomber, la voix chiffonnée vous prend à la gorge et les arrangements géniaux achèvent de vous rendre complètement accroc à ce disque dont le seul défaut est d’être trop court. Je ne dirais cependant pas que c’est un disque prometteur, en ce sens que Nord semble y avoir mis un concentré de toutes les textures dont il est traversé. Ce qui ne nous empêche pas d’attendre la suite avec impatience.

Pain Noir – Pain Noir
Le grand disque de l’année 2015 avec celui d’Arman Melies. Il y a des disques qui vous caressent le coeur. Qui vous donnent tellement de bonheur que l’on a juste envie de dire « Merci ». Pain Noir crée son propre idiome et arpente dans un français chatoyant l’ensemble des éléments. Ça sent la mer, les ruisseaux, le parfum des marais, celui de la terre fiévreuse, on y éprouve la morsure du soleil, l’aride, le sable, le sourire inquiet de la lune, le danger des ravines, les clairières, les forêts profondes, les sentiers frémissants que l’on dévale le pied tantôt lourd, tantôt léger, au gré des écorchures. Trois fois se gameller, trois fois se relever. C’est lumineux et pourtant on ne peut retenir parfois un sanglot devant tant de beauté sous nos fenêtres. On écoute ce disque comme un cheval fourbu rentre à l’écurie après avoir éprouvé sous son pas la dérive des continents. Une sorte de soulagement nous envahit et l’on se surprend à pleurer de joie.

Christophe – Vestiges du chaos 
Le chanteur Christophe, malgré ses 70 printemps, nous offre un disque d’une incroyable modernité. Les textures électroniques déclinent un blues futuriste. On y parle de drone, de séduction, de la recherche de l’équilibre au coeur même du chaos, de Lou Reed faisant son Taï Chi sur une plage déserte, accompagné dans ses gestes par le violon long de sa femme Laurie Anderson. Jamais hommage à un grand maître n’a paru si simple, si modeste et si touchant. Christophe, éternel enfant, narguant la camarde, est définitivement vivant.

5 disques pour toujours :

Leonard Cohen – New skin for an old ceremony
Un très grand classique du plus grand songwriter anglophone et qui l’emporte sur les autres opus du maître grâce aux sublimes arrangements de John Lissauer.

The Cure – Pornography
Tout a été dit sur ce monument. Inusable, même après 30 ans d’écoute. D’une cohérence, d’un tranchant, d’une froideur radicale et abrasive.

The Nits – Omsk 
Immense groupe qui n’a jamais atteint le succès qu’il mérite. J’aurais pu tout aussi bien choisir Ting, Da da da ou Alankomaat tant ce groupe nous a livré de grands classiques. Omsk reste cependant à ce jour leur album le plus inventif, le plus original, le plus dense et le plus varié.

The Sound – Jeopardy
Adrian Borland, chanteur et guitariste de ce groupe de post-punk bizarrement ignoré, a mis fin à ses jours en avril 1999 en se jetant sous un train. L’insuccès de son groupe (qui est pourtant l’égal de The Cure, Joy Division, Bauhaus et Siouxie and the Banshees) a fait de lui, tel Van Gogh, un suicidé de la société (pour reprendre l’expression d’Artaud). « I can’t escape myself » est pourtant l’un des plus grands standards du post-punk. Combien d’artistes encore mourront de leur vivant à force d’être passés sous silence (comme l’on passe sous un train ou sous le métro justement) ? Il faut aimer les artistes de leur vivant. La postérité n’a jamais consolé qui que ce soit de quoi que ce soit.

Gérard Manset – Lumières
Je cite cet album mais je pourrais en citer une bonne dizaine d’autres. Manset est le grand maître de la chanson française. C’est lui le premier qui a démontré album après album que la chanson (cet art prétendument mineur) pouvait sous certaines conditions être un art majeur. Il est toujours bon de rappeler qu’il n’y a pas d’art majeur et d’art mineur. Il n’y a que des oeuvres majeures et des oeuvres mineures.

Bertrand Betsch – La Vie Apprivoisée
Les Imprudences / Differ-Ant
Sortie le 30 septembre 2016

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *