Archives:
Patrick Braganti

L’idée est ici de défendre et de promouvoir le cinéma d’auteurs, qu’ils soient déjà reconnus ou en devenir. Ce sont d’ailleurs les postulants de la deuxième catégorie – dont on espère bien qu’ils rejoindront rapidement la première – qui ont notre préférence, respectant par là-même les ambitions et les intentions des créateurs de Benzine. La mauvaise foi et le parti pris ne sont pas totalement absents, histoire de titiller l’esprit critique de nos lecteurs. Bons films et bonnes découvertes.

Le procès de Viviane Amsalem – Ronit & Shlomi Elkabetz

Il y a dans le troisième film de la comédienne Ronit Elkabetz et de Shlomi, son frère scénariste, quelque chose d’un opéra, d’une tragédie grecque, d’un drame shakespearien. Le fond rouge sur lequel défilent les génériques de début et de fin nimbés d’une musique lyrique – le même rouge que l’affiche –

Under the skin – Jonathan Glazer

Le londonien Jonathan Glazer prend son temps pour réaliser ses longs-métrages puisque Under the skin est seulement son troisième, le précédent Birth datant de 2004. Auteur de clips pour Radiohead et Massive Attack et de nombreux spots publicitaires,

Xenia – Panos H.Koutras

Xenia, la quatrième long-métrage du grec Panos H.Koutras, est né d’un triple désir. En premier, de faire un retour sur les années d’adolescence, celles de la rébellion et de l’intensité, ensuite d’évoquer l’amour qui unit deux frères

Black Coal – Yi-nan Diao

Avec son troisième long-métrage, le chinois Yi’nan Diao semble vouloir faire la jonction entre les codes du polar américain et l’observation de l’état de son propre pays, même si Black Coal n’est pas tout à fait contemporain, se déroulant d’abord en 1999, puis en 2004.

Bird People – Pascale Ferran

Pascale Ferran est une cinéaste rare. Bird People est ainsi son quatrième long-métrage en l’espace de vingt ans et huit ans se sont écoulés depuis le panthéiste et miraculeux Lady Chatterley. Son retour était donc attendu avec impatience

Deux jours, une nuit – Jean-Pierre & Luc Dardenne

Le dernier film de Jean-Pierre et Luc Dardenne divise la rédaction. Deux critiques pour Deux jours, une nuit. : un film finalement difficile à appréhender.

The Homesman – Tommy Lee Jones

Superficiellement et apparemment plat, comme les immenses et monotones plaines du Nebraska, le nouveau film de l’américain Tommy Lee Jones est probablement moins anodin et plus corrosif qu’il pourrait le laisser croire.

La Chambre bleue – Mathieu Amalric

Réputé inadaptable – Pialat et Chabrol y auraient renoncé – le roman La Chambre bleue de Georges Simenon n’a visiblement pas effrayé l’acteur et réalisateur Mathieu Amalric sollicité par le producteur Paolo Branco, alors qu’il travaillait lui-même sur une adaptation de Stendhal.  

D’une vie à l’autre – Georg Maas

Après les succès mérités de La Vie des autres (2007) et de Barbara (2012), tandis que les éventualités d’une résurgence de la guerre froide ne semblent plus autant fantaisistes, D’une vie à l’autre – titre sans doute pas fortuit tant il joue avec celui qui remporta l’Oscar du meilleur film étranger –

Pas son genre – Lucas Belvaux

On n’attendait pas le belge Lucas Belvaux, artiste engagé réalisateur de films âpres ancrés dans la réalité sociale, dans une comédie romantique, comme un ‘feel good movie ‘ entre un professeur de philosophie et une coiffeuse,

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

TWITTER

B tweets

FACEBOOK

AILLEURS

RSS articles