Archives:
Patrick Braganti

L’idée est ici de défendre et de promouvoir le cinéma d’auteurs, qu’ils soient déjà reconnus ou en devenir. Ce sont d’ailleurs les postulants de la deuxième catégorie – dont on espère bien qu’ils rejoindront rapidement la première – qui ont notre préférence, respectant par là-même les ambitions et les intentions des créateurs de Benzine. La mauvaise foi et le parti pris ne sont pas totalement absents, histoire de titiller l’esprit critique de nos lecteurs. Bons films et bonnes découvertes.

Saint Laurent – Bertrand Bonello

C’est avec une réelle impatience que l’on attendait la nouvelle œuvre du réalisateur de Tiresia et de L’Apollonide, dont chaque film a su marquer profondément, bien que secrètement, le cinéma français.

Hippocrate – Thomas Lilti

Nouvel arrivant dans le service de son père, Benjamin, à peine âgé de 23 ans, reçoit une blouse avec des « tâches propres » de deux tailles supérieures à son gabarit. Cet uniforme surdimensionné illustre à merveille l’étendue

Sils Maria – Olivier Assayas

Qui est Maria Enders ? Une comédienne de renom, probablement de nationalité française – elle règle son divorce et le partage de ses biens immobiliers à Paris en parlant en français avec son ‘futur ex’ et son avocat –

Les Combattants – Thomas Cailley

La première scène du film est emballante et prometteuse : deux jeunes hommes en face d’un employé des pompes funèbres contestent la qualité des bois des cercueils qui leur sont proposés. Réaction déplacée mais rapidement explicitée quand on voit Arnaud et Manu,

Winter Sleep – Nuri Bilge Ceylan

Habitué depuis ses premiers films à être invité et honoré dans les festivals de cinéma prestigieux (Cannes et Berlin), le turc Nuri Bilge Ceylan était donc le candidat prévisible, sinon parfait, pour recevoir cette année la Palme d’Or.

Le procès de Viviane Amsalem – Ronit & Shlomi Elkabetz

Il y a dans le troisième film de la comédienne Ronit Elkabetz et de Shlomi, son frère scénariste, quelque chose d’un opéra, d’une tragédie grecque, d’un drame shakespearien. Le fond rouge sur lequel défilent les génériques de début et de fin nimbés d’une musique lyrique – le même rouge que l’affiche –

Under the skin – Jonathan Glazer

Le londonien Jonathan Glazer prend son temps pour réaliser ses longs-métrages puisque Under the skin est seulement son troisième, le précédent Birth datant de 2004. Auteur de clips pour Radiohead et Massive Attack et de nombreux spots publicitaires,

Xenia – Panos H.Koutras

Xenia, la quatrième long-métrage du grec Panos H.Koutras, est né d’un triple désir. En premier, de faire un retour sur les années d’adolescence, celles de la rébellion et de l’intensité, ensuite d’évoquer l’amour qui unit deux frères

Black Coal – Yi-nan Diao

Avec son troisième long-métrage, le chinois Yi’nan Diao semble vouloir faire la jonction entre les codes du polar américain et l’observation de l’état de son propre pays, même si Black Coal n’est pas tout à fait contemporain, se déroulant d’abord en 1999, puis en 2004.

Bird People – Pascale Ferran

Pascale Ferran est une cinéaste rare. Bird People est ainsi son quatrième long-métrage en l’espace de vingt ans et huit ans se sont écoulés depuis le panthéiste et miraculeux Lady Chatterley. Son retour était donc attendu avec impatience

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

TWITTER

B tweets

FACEBOOK

AILLEURS

RSS articles