“La petite menteuse” de Pascale Robert-Diard : à contre-courant

Pascale Robert-Diard a construit avec La petite menteuse un roman inédit pour l’époque, dans lequel la victime d’une histoire d’abus sexuel est aussi masculine. En chroniqueuse avisée, elle explore surtout les points faibles et les failles de la justice.

Pascale Robert-Diard
Pascale Robert-Diard. © Leextra – Céline Nieszawer

C’est pas vraiment le genre de roman auquel on s’attend, surtout dans la mouvance des dénonciations d’abus en tout genre envers les femmes. Même si on est peut-être déjà dans le post-metoo. Mais l’Iconoclaste est une maison qui porte bien son nom, elle publie cette histoire décalée d’une avocate invitée à…. « défendre la petite salope.
La petite menteuse.
Oui, défendre »

"La petite menteuse" de Pascale Robert-DiardEt c’est réussi à plus d’un titre. Pascale Robert-Diard est chroniqueuse de justice et connait indéniablement son sujet. Quant au mensonge qui a envoyé un innocent du bâtiment derrière les barreaux, il est habilement senti, ficelé et monté, oscillant entre une adolescente sous tension de chantage à la sextape, et la bienveillance de deux de ses professeurs un brin naïfs prêts avant l’heure à découvrir derrière sa subite déprime une sale histoire d’abus. Le mensonge vient ainsi naturellement à l’esprit de la gamine sans qu’elle l’ait seulement senti arrivé, encore moins prémédité. Sans qu’elle en ait prévu les conséquences non plus. En tout cas là voilà désormais à quémander les services d’Alice l’avocate pour remplacer son ténor du barreau parisien, pour l’appel du premier verdict. Alice sera informée du bobard en même temps que le lecteur (s’il a oublié le titre), assez rapidement, la plongeant alors dans un dilemme inédit.

Voilà en tout cas un roman efficace, au rythme soutenu, à la crédibilité tenace et la réalisation sans faille, un roman inattendu qui visite l’envers de la parole féminine libérée dans les failles de la justice, en prenant à rebrousse-poil notre époque, où la victime est aussi masculine. Mais un roman sans grande surprise non plus, une fois le décor (assez vite) planté.

« Alice avait souvent eu ce sentiment, elle en aurait pleuré certains jours, quand elle les voyait s’accrocher aux procès-verbaux, aux expertises en tout genre, comme les élèves consciencieux qu’ils avaient dû être pour arriver jusque-là, si solennels dans leur robe noire ou rouge. …. Comme si la vie pouvait tenir dans ces formules hermétiques, dans ces interrogatoires qui ne disent rien de l’accent, de l’hésitation, et qui lissent les êtres jusqu’à les confondre. »

Eric Médous

La Petite Menteuse
Roman de Pascale Robert-Diard
Éditeur ‏ : ‎L’iconoclaste
216 pages – 20,00 € / 14,99 €
Date de parution : 18 août 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.