Auteur
Delphine Blanchard

La Disparition de Josef Mengele – Olivier Guez

Olivier Guez explique, par le menu, comment Josef Mengele, le « boucher d’Auschwitz » a échappé à tous les radars et comment il est mort, en 1979, sans jamais avoir été inquiété. Saisissant !

Une mer d’huile – Pascal Morin

Comme chaque année, Danielle reçoit son fils et son petit-fils dans sa maison de vacances, près de Bandol. La routine du trio estival est, pour la première fois, bousculée par Prisca, la jeune femme recrutée pour aider Danielle. Et si c’était enfin l’occasion de se dire les choses ?

Les Furies – Lauren Groff

Les Furies, désigné roman de l’année 2015 par Barack Obama. Il n’en fallait pas plus pour créer un phénomène littéraire. Traduit en français cette année seulement, cette épopée sentimentale et décadente est enivrante.

L’Abandon des prétentions – Blandine Rinkel

Blandine Rinkel parle de sa mère dans ce très beau roman social. Jamais de complaisance avec cette maman pas commune. Une étude sociologique percutante tout autant qu’un très touchant roman d’amour filial.

Les Premiers – Xabi Molia

Les premiers seront les derniers, c’est bien connu ! Mais quand les premiers super-héros français débarquent sur la France avec leur super-pouvoirs, c’est la félicité. Pour eux. Pour la société française en crise. Le monde rêve enfin…

Article 353 du code pénal – Tanguy Viel

Tanguy Viel raconte l’absolue perfection d’un crime. Celui perpétré par Martial Kermeur, ancien ouvrier à l’arsenal de Brest, victime d’un escroc de l’immobilier. Récit de son audition devant le juge en forme de quasi monologue. Haletant.

La rentrée littéraire 2017 d’Éric Chevillard

L’auteur et critique littéraire Éric Chevillard nous offre deux nouveaux livres en janvier. Des étrennes pour la bonne année ? Lui qui n’est pourtant pas du genre à faire de cadeaux à ses lecteurs !

Le Divan de Staline – Fanny Ardant

Staline, sa maîtresse et l’artiste qui doit signer son portrait officiel. Un ménage à trois pervers sur fond de psychanalyse. L’idée de départ d’adapter le roman de Jean-Daniel Baltassat était plutôt bonne mais, à l’arrivée, le film manque de limpidité.