Syd Matters – Ghost Days

sydmatters.jpgRévélation du premier concours CQFD des inrocks à  l’age de 22 ans, Syd Matters, a depuis sorti deux albums »A whisper And a Sigh » (2002) et »Someday We Will Foresee Obstacles » (2005). Deux albums marqués par la grâce, vite suivis d’une série de concerts qui laissaient éclater au grand jour le talent discret d’un garçon parvenu tranquillement à  marquer de son empreinte la pop »made in France ».

Peu de temps après avoir signé une remarquable B.O. pour »La question humaine » le film de Nicolas Klotz, le voici de retour avec un nouvel album… toujours aussi lumineux, toujours aussi soigné.

Comme par le passé et plus encore ici, Syd Matters parvient sans mal à  dépasser le simple cadre de la pop traditionnelle avec un album d’une grande richesse qui dévoile 15 titres en anglais dominés par des arrangement aussi luxuriants que discrets pour donner corps à  un ensemble malgré tout d’une grande simplicité.
On pourrait évoquer Leonard Cohen, Jonathan Richman, voire même Radiohead, non pas pour comparer le garçon à  ces intouchables maîtres de la mélancolie, mais juste pour souligner combien Syd Matters a passé un cap avec »Ghost Days » mais également affirmer qu’il est bel et bien de la trempe de ses illustres aînés.

Composé par un Jonathan Morali la plupart du temps seul dans son appartement avec sa guitare, »Ghost days » évoque la solitude, la génération actuelle, la vie de gens ordinaires, en essayant de donner du sens aux détails les plus insignifiants du quotidien. Sur ces textes mélancoliques, Jonathan et ses musiciens mettent en monde des musiques brillamment orchestrées (piano, ondes Martenot, cordes, cuivres, choeurs…) pour donner corps à  un florilège qui navigue en permanence entre audace et classicisme. Un grand moment.

Benoît Richard

5.gif

Because music

Tracklist :
01. Everything Else
02. I Was Asleep
03. Ill Jackson
04. It’s a Nickname
05. Ghost Days
06. My Lover’s on The Pier
07. Cloud Flakes
08. After All These Years
09. Louise
10. Big Moon
11. Anytime now
12. Interlude
13. Me and My Horses
14. Nobody Told Me
15. Untiltled

Durée : 54′
Sortie : 14 janvier 2008

Plus+
www.sydmatters.com
www.myspace.com/sydmatters
www.because.tv
la chronique de »Someday we will foresee obstacles »

6
Poster un Commentaire

avatar
6 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
debectorTroyB. Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
TroyB.
Invité

Je viens tout juste de rentrer du disquaire, avec « Ghost Days » dans la poche …
Beau, mélancolique … je vais me régaler à écouter en profondeur cet album ;).
Merci pour l’article ;).

Troy

TroyB.
Invité

Je viens tout juste de rentrer du disquaire, avec « Ghost Days » dans la poche …
Beau, mélancolique … je vais me régaler à écouter en profondeur cet album ;).
Merci pour l’article ;).

Troy

TroyB.
Invité

Je viens tout juste de rentrer du disquaire, avec « Ghost Days » dans la poche …
Beau, mélancolique … je vais me régaler à écouter en profondeur cet album ;).
Merci pour l’article ;).

Troy

debector
Invité
debector

Je me méfie souvent des albums qui dès la 1ère écoute laisse une très bonne impression, la DLC est la plupart du temps périssable à court terme.
Mais là force est d’admettre que c’est du grand art, probablement un des meilleurs albums de 2008, à ne pas oublier en fin d’année pour les awards !!

debector
Invité
debector

Je me méfie souvent des albums qui dès la 1ère écoute laisse une très bonne impression, la DLC est la plupart du temps périssable à court terme.
Mais là force est d’admettre que c’est du grand art, probablement un des meilleurs albums de 2008, à ne pas oublier en fin d’année pour les awards !!

debector
Invité
debector

Je me méfie souvent des albums qui dès la 1ère écoute laisse une très bonne impression, la DLC est la plupart du temps périssable à court terme.
Mais là force est d’admettre que c’est du grand art, probablement un des meilleurs albums de 2008, à ne pas oublier en fin d’année pour les awards !!