La Roux – La Roux

Laroux_1.jpgLa Roux c’est un pur produit de 2009. On serait tenté de dire Marketing, si le résultat n’était pas aussi immédiat et efficace.
Il y a d’abord les signes qui pourraient ne pas tromper. Une fille androgyne avec une coiffure new wave façon Studio Line, et un air narquois façon majeur dressé aux conventions ou à  la norme judéo-chrétienne. On se dit que la demoiselle, dès avant de faire chauffer les platines, est déjà  une icône lesbienne en devenir. Et que des fois, bêtement, c’est un argument vente suffisant, allez savoir pourquoi.

Il y a aussi derrière la coupe de cheveux rétro, gentiment tendance, la suspicion de la récupération sonore a la mode en forme de collage de reverb et de Roland, sans grand talent. Ben oui, c’est qu’il y a du synthé et de l’imagerie 80’s comme on croyait ne plus en voir depuis les Ryhtmes Digitales.

Il y a par ailleurs les réminiscences volontaires ou non, du très trendy label Bpitch pour le travail des sons et un ping pong sans doute involontaire avec une autre belle, de début d’année, Ladyhawk qui a abordé la même logique par son versant plus pop qu’électronique mais se rapportant aux mêmes années, conviées à  table d’un buffet pas forcément froid.

La messe est dite pensez-vous? Hehe Et bien non.

Certes Il y a en plus du reste cette voix un peu haut perchée et un poil casse-b… Sur la longueur . Mais, mais…
Etonnemment malgré mon préambule peu flatteur, je tombe littéralement, sans cerveau, pour cet album que je me repasse de grand matin quand il s’agit de me donner du coeur a l’ouvrage dans les transports. La roux n’invente pas grand chose, convoque comme d’autres le milieu des années 80 de ma jeunesse. Toujours est-il que son collage de références fonctionne plutôt bien. D’ autant, et c’est le point le plus remarquable, qu’elle s’y connait dans la manière de créer des mélodies longues en bouche qu’on se tapote sur la cuisse au gré des strapontins en jouant a saute ligne de métro.

La Roux s’approprie une époque et crée un hiatus spationtemporel entre Depeche Mode /A-HA et Ellen allien / Justice. Entre une crécelle et un standard pop.

Alors oui je suis prêt a parier que les »presupposés » marketing auront raison de son auteur, qu’on aura oublié dans un an ( mais au rythme des sorties – et même si les majors ont réduit les signatures- qui peut encore parier sur qui sera encore là  dans un an?).

En attendant elle signe un album techno-dance-pop »qui fait le Job » et que j’ai pour ma part grand plaisir a écouter »This time baby I’ll be Bulleeeeeeeeeeeeeeeeeeeetproof.. »

Denis Verloes

3_5.gif

Tracklist

01. In For The Kill 4:08
02. Tigerlily 3:24
03. Quicksand 3:05
04. Bulletproof 3:25
05. Colourless Colour 3:28
06. I’m Not Your Toy 3:18
07. Cover My Eyes 4:32
08. As If By Magic 3:51
09. Fascination 3:41
10. Reflections Are Protection 4:19
11. Armour Love 3:53
12. Growing Pains 3:2

Date de sortie: 29 juin 2009
Label: Polydor/ Universal

Plus+
L’espace Myspace
Les vidéos via Google

La vidéo de Bulletproof via Dailymotion

La Roux – Bulletproof
envoyé par LaRoux. – Regardez plus de clips, en HD !

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
benoit Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Benoit Richard
Admin

comme tu dis elle n’invente pas grand chose, pire elle tourne en rond. Bref, j’ai trouvé cet album d’un ennui…