Les meilleurs films de 2016, le choix de la rédaction

Des centaines de films vus durant 12 mois pour n’en retenir que 10 au final. c’est la dure mais juste loi du top 10 de fin d’année.

Elle - Ilsabelel Huppert top films 2016

Des filles, des garçons (surtout !), du sexe (pas mal !), de la violence, de l’humour (noir !), des sentiments (à la pelle !), du bien, du mal, de la manipulation, des familles (compliquées !)… la rédaction en a encore pris plein les yeux en 2016.
 

Voici nos 10 films de l’année, sans ordre de préférence :

The Witch – Robert Eggers
Un film qui se singularise par une absence d’effets horrifiques et une esthétique romantico-fantastique très picturale. Un angoissant premier film. La critique

L’ornithologue – João Pedro Rodrigues
Un voyage initiatique doublé d’une fuite, une mue progressive, un long trip, un film qui tient volontairement le monde à distance et se place hors du temps, un conte mystérieux dont l’épilogue est une promesse.

Elle – Paul Verhoeven
Jouant autant avec la précision du cadre qu’avec d’audacieux mouvements, habitant le film des nuances sombres de l’hiver, porté par une actrice au sommet et un scénario à l’écriture brillante, Verhoeven inscrit Elle dans la lignée de ses grands films.

Manchester by the sea – Kenneth Lonergan
quand les autres vous pardonnent et vous montrent la plus grande marque de confiance et que vous êtes incapables de vous pardonner ou comment la culpabilité vous fait devenir l’ombre de vous-même.

Toni Erdmann – Maren Ade
La rigueur de l’écriture donne vie à un récit qui n’est jamais bordé. Allant de surprise en surprise, découvrant chaque fois le personnage principal sous un angle différent, le spectateur se nourrit d’une richesse narrative. dense et profonde.

Ce sentiment de l’été – Mikhaël Hers
Mikhaël Hers filme comme on regarde, captant l’un après l’autre les infinis détails qui font l’instant et le rendent précieux, intense, léger. Ses personnages sont bienveillants, cherchent à donner le meilleur, prennent des nouvelles, en donnent, se veillent.

Théo et Hugo dans le même bateau – Ducastel et Martineau
Avec une foi absolue dans le cinéma, Ducastel et Martineau puisent aux sources du romantisme les ingrédients d’un film profondément contemporain qui n’élude pas la réalité du sida mais la replace dans un contexte de vie.

The Strangers –  Na Hong-jin
Après The Murderer, Na Hong-Jin revient avec un thriller qui va bousculer nos croyances et nos perceptions en matière de figures du Bien et du Mal.

Carol – Todd Haynes
Todd Haynes, renoue avec le mélo flamboyant dans une histoire d’amour impossible entre deux femmes dans l’Amérique des années 50 où le désir, la passion et l’émotion illuminent à chaque instant une réalisation cousue main.

Baccalauréat – Cristian Mungiu
Un récit haletant qui vise aussi par l’exemple singulier à observer l’ensemble d’une société faite de compromissions et d’arrangements comme seules échappatoires à un avenir terne et bouché.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *