Alexandrin ou l’art de faire des vers à pieds – Pascal Rabaté & Alain Kokor

Un SDF qui parle en vers et un gamin en fugue dans un road-movie buissonnier baigné de douce poésie, c’est le programme de cette superbe BD signée Pascal Rabaté & Alain Kokor.

Alexandrin ou l'art de faire des vers à pieds

Alexandrin de Vanneville, est un homme sans attache qui ne vit que pour la poésie. Dans sa redingote à carreaux, avec son allure de Sherlock Holmes, il arpente les rues de la ville et sonne parfois aux portes pour vendre sa poésie en échange de quelques pièces de monnaie. Un jour, sur les quais, notre SDF spirituel fait connaissance avec un jeune fugueur nommé Kévin avec lequel il va faire un bout de chemin, rencontrer du beau monde, et même cueillir des pommes tout en développant chez lui le goût pour la rime et des verts à 12 pieds !

Alexandrin ou l'art de faire des vers à pieds couvPascal Rabaté, (La déconfiture…) dont on connait l’amour pour les récits où il est souvent question de vagabondage, de personnages libres et insolites, s’associe ici au dessinateur Alain Kokor (Supplément d’âme…) pour une livre d’une légèreté et d’une douceur bien appréciable.

Sur le ton de la fantaisie et de la poésie pure, il narre dans ce road-movie buissonnier, l’escapade bucolique de ces deux êtres pleins d’innocence, ce vieil homme et cet enfant qui décident sans se poser de question d’aller de rencontre en rencontre,  de se laisser porter par leur humeur, sans trop se soucier du lendemain. Mais la grande originalité de ce récit réside bien évidement dans les dialogues, en vers et en belles rimes, qui rendent la lecture de cette histoire absolument délicieuse. Le dessin de Kokor, son trait virevoltant et léger ainsi que les couleurs aux tons clairs légèrement pastels proposées s’accordent parfaitement avec le ton de cette histoire.

Et quand la légèreté et l’optimisme laissent place à la mélancolie à la fin du livre, l’émotion gagne alors franchement le lecteur. Mais là encore, les deux auteurs trouvent la parade pour apporter une touche supplémentaire de poésie et d’espoir, pour finir en beauté un livre au charme incroyable que l’on referme tout doucement et que l’on gardera un moment sur les genoux, histoire de savourer encore un peu plus ce doux moment.

Benoit RICHARD

Alexandrin ou l’art de faire des vers à pieds (extrait)

Alexandrin ou l'art de faire des vers à pieds

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *