Avec Edouard Luntz : hommage à un enfant perdu de la Nouvelle vague

Avec cette quête insensée dont il est le « héros », Julien Frey nous emmène au cœur de la Nouvelle vague, remuant ciel et terre pour retrouver une œuvre égarée dans les greniers du 7e art.

Avec Edouard Luntz – Le cinéaste des âmes inquiètes

Qui se souvient d’Édouard Luntz, cinéaste de la Nouvelle vague, mort dans l’anonymat en 2009 ? Plus grand monde sans doute, et pourtant l’homme tourna dans les années soixante Le Grabuge avec pour producteur le richissime et puissant Darryl Zanuck. Le projet avait explosé les budgets et Zanuck, furieux, se réserva le droit d’en concevoir le montage. La brouille qui surgit entre les deux hommes compromit la carrière du cinéaste français et précipita ses films dans l’oubli.

Avec Edouard Luntz – Le cinéaste des âmes inquiètesC’est peu dire que le pitch d’Avec Édouard Luntz suscite la curiosité. Comment un cinéaste ayant eu la chance d’être repéré et produit par un nabad d’Hollywood, par ailleurs mis en avant par les plus grands festivals européens, ait pu à ce point disparaître sous l’implacable poussière du temps ? Comment est-il possible que ses œuvres soient si difficiles à visionner aujourd’hui, quelques cinquante années après la carrière courte mais prometteuse de ce rebelle du cinéma ? En menant ses recherches à la manière d’un détective, Julien Frey, diplômé de cinéma et scénariste de séries d’animation, parvient ainsi à captiver le lecteur, qui sans rien connaître du personnage, aura envie d’en savoir plus sur cette mystérieuse déchéance annoncée. Luntz, trop indépendant, trop bohème aussi, n’était sans doute pas fait pour gérer une carrière, la sienne, et encore moins pour obéir aux diktats hollywoodiens. Une enquête qui le mènera outre-Atlantique et lui donnera l’occasion d’un échange (assez émouvant) avec l’acteur Michel Bouquet, grand admirateur de ce « cinéaste des âmes inquiètes », qui lui avait offert ses « plus beaux rôles au cinéma ».

Pour ce qui est du dessin, Pep Domingo alias Nadar, auteur espagnol dont c’est ici le quatrième album, accompagne humblement de sa ligne claire, et non sans humour, les pérégrinations de son partenaire. En somme, une réhabilitation empreinte de respect, qui pourrait déboucher – en accord avec les ayants droit ? On peut rêver… – sur une redécouverte de l’œuvre de cet artiste « trop frontal pour le monde du cinéma », selon les termes utilisés par Michel Bouquet en préface.

Laurent Proudhon

Avec Edouard Luntz – Le cinéaste des âmes inquiètes
Préface de Michel Bouquet
Scénario : Julien Frey
Dessin : Nadar
Editeur : Futuropolis
184 pages – 23 €
Parution : 3 mai 2018

Avec Edouard Luntz – Le cinéaste des âmes inquiètes – Nadar et Julien Frey – Bande-annonce :

A écouter également cette interview passionnante parce que tellement actuelle :

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des