Radum Calls, Radum Calls : l’artisanat d’art pop de Sean O’Hagan

Sean O’Hagan laisse de côté ses High Llamas et revient avec (seulement) son deuxième album solo en 30 ans de carrière. Il faudra donc apprécier comme il se doit cette merveille de pop généreuse et soignée signée du plus digne héritier de Brian Wilson. Bonne dégustation.

SeanOHagan
Credit : Steve Brummell

Avant de démarrer l’aventure High Llamas il y a près de 30 ans, Sean O’Hagan avait sorti un premier album solo. Dix albums des High Llamas plus tard, Sean O’Hagan revient sous son propre nom avec ce Radum Calls, Radum Calls où son talent de compositeur et d’arrangeur reste plus que jamais intact

Sean O'Hagan – Radum Calls, Radum CallsIgnorants les modes, avec un style indéfectible et reconnaissable entre mille, nourri à la fois de musiques de films, de musiques exotiques lounge et de pop 60’s tendance Brian Wilson, Sean O’Hagan a construit avec son groupe une discographie riche et passionnante, que certains trouveront un peu répétitive au fil des années, mais qui en tout cas a réjoui au cours des années 90 et 2000 bon nombre d’amateurs de pop exigeante, avec à la clé quelques petites merveilles dont la superbe trilogie Hawaii (1996) Cold and Bouncy (1998) et Snowbug (1998).
Dans ce second album solo, on retrouve tout ce qui a fait le sel et la renommée des High Llamas par le passé avec cette science si particulière, cet artisanat pop qui consiste à écrire des chansons très élaborées mais jamais prétentieuses ou soporifiques, et surtout arrangées avec un soin incomparable.

En compagnie notamment de son ancien comparse de Microdisney, Cathal Coughlan (sur Spoken Gem et Candy Clock), il prpose des morceaux instrumentaux et chantés dans des arrangements qui comme toujours font la part belle aux instruments acoustiques traditionnelles : violons (I Am Here…), piano (Better Lull Bear, Cleariung House…), marimba ou vibraphone et synthés anciens ou récents, dans des titres qui pour certains (The Paykan – Laili’s Song) auraient pu parfaitement figurer sur un bon vieux disque des High Llamas.

Avec cette belle douzaine de ballades bucoliques et empruntes d’une certaine nostalgie, l’Irlandais revient à son meilleur niveau, nous offrant là une vraie pépite, un disque d’une grâce et d’un raffinement total auquel il faudra accorder une place de choix dans notre discothèque.
Alors que certains disques ont une durée de vie très limitée, pour Radum Calls, Radum Calls c’est tout le contraire, il se bonifie au fil des écoutes, délivrant à chaque nouveau passage des détails et des sonorités jusqu’alors ignorées. Un disque d’une perfection absolue qu’il faudra donc apprécier comme il se doit.

Benoit RICHARD

Sean O’Hagan – Radum Calls, Radum Calls
Label : Drag City / Modulor
Date de sortie : 25 Octobre 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des