5+5 = Les disques préférés de François Club

Avec sa pop à la cool, dans le sillage de Sébastien Tellier ou Ricky Hollywood, François Club signe avec Cobra un premier album rempli de chansons aussi gracieuses que caressantes… Et en plus il a bon goût question choix musicaux !

François Club © Emilie Vabre
© Emilie Vabre

Son nom ne vous dit peut-être pas grand-chose mais François Club a fait ses armes au sein de la formation protéiforme Aquaserge, accompagnant le groupe en tournée pendant trois ans. Il peaufine son projet solo depuis 2016 et sort son premier long format empreint de mélancolie et dont l’ADN est proche de celui de Sébastien Tellier, Alain Chamfort ou Ricky Hollywood.
Son premier album Cobra paru sur le label Requiem Pour un twister en mai diffuse des effluves de dolce vita assez enivrantes… à inhaler tout l’été !

5 Disques du moment :

Vivre! – (Vol.01)
Un tout nouveau projet réunissant Astrobal, Nina Savary et Pieuvre sous le signe de la bienveillance. La variété française d’à côté à la Vassiliu, Francis Lai, Bernard Llous…Le disque sortira chez Freaksville le 21 Août. En attendant le 1er single “Pauvre Jésus-Christ” en écoute.

Puzzle – X hail
Pour son côté foutraque et hyper maîtrisé. On ne sait jamais sur quel pied danser. Une logique bien tordue somme toute bien huilée, passant d’un style à l’autre sans prévenir. Le morceau Young en est une bonne représentation.

World Brain – Peer 2 Peer
C’est le projet solo de Lucas Chantre du groupe Fenster. On a partagé un plateau à Paris la veille du confinement le 12 mars dernier. Le concert était vraiment trop bizarre, j’ai adoré ! Le disque est à la hauteur de son show : Un mélange hétéroclite de pop, de surf music, de funk, de musique d’ascenseur, de vapor wave… Hyper cheul Hyper Text. Je dis bravo !

Julien Gasc – L’appel de la forêt
Ce disque fourmille de subtilités et exulte une fraîcheur toute jouissive, une trêve internationale. Des textes profonds, une musique hyper chiadée pleine de mesures asymétriques, un sens aigu des plus belles mélodies. Un disque Kaléidoscopique de Julien Gasc.

Greg Beato – Loud
De la techno crade ? de la jack ? de la house ? Un truc pour danser toute la night sous champi ! Hallucinogène à souhait ! Xioo miam miam.

5 Disques pour toujours :

Yellow Magic Orchestra – Technodelic
Difficile de choisir tant les disques sont bons et importants pour moi. Mon influence majeure pour François Club. A leur époque, les YMO étaient déjà dans le futur. Avec Kraftwerk, ils incarnent le passage le plus abouti à la musique électronique. Hosono génie, le kind garden par excellence!

Ariel Pink – Pom Pom
De la déglingue hyper travaillée en osmose avec une barbe à papa goût fraise. Ce disque est une jouissive pop, foisonnante de folie qui puise dans tous les genres. Ariel Pink est habité jusque dans la jubilation de profundis.

Miles Davis – Bitches Brew
Ce disque a 50 ans, il sortait le 30 mars 1970. C’est une rupture stylistique nette dans le jazz. Je l’ai tellement écouté pendant mes études, tellement écumé les soirées, on s’est tellement arrêté de parler en écoutant ce disque, tellement endormi aussi. Le rêve continue encore !

Todd Rundgren: Runt – The ballad of Todd Rundgren
D’exquises ballades easy listening jouées pour la plupart au piano qui font du bien et viennent directement du coeur. Chez Todd Run, le songwritting est parfait ! Waling Wall, Range War, The ballad, Bleeding, Nice To Me

Stravinsky / Boulez – Le Sacre du Printemps
Pierre Boulez dirige l’Orchestre de Cleveland en 1969 dans cette version de référence du Sacre du printemps. C’est hallucinant de précision dans ce magma somptueux. “Danse des adolescents” que je danse tout seul dans mon salon.

juin 2020

François Club – Cobra
Requiem Pour un twister – 29 mai 2020