Sébastien Guérive – Omega Point : un voyage dans les territoires de l’étrange

C’est à un voyage que nous invite le compositeur nantais Sébastien Guérive dans Omega Point, un voyage instrumental entre Boards Of Canada, Leyland Kirby et une certaine idée de l’ailleurs. On plonge dans cette matière chaotique parfois au bord de l’asphyxie, parfois transporté loin de tout. Pareilles à des cathédrales de plumes, les constructions de Sébastien Guérive se déploient avec fragilité.

Je ne sais pas vous mais il pour moi, il m’est parfois difficile d’expliquer pourquoi certaines musiques, plus que d’autres, parviennent à m’émouvoir. Plus je vieillis, plus je me rends compte que ce sont les musiques sans voix qui me touchent le plus. Peut-être car elles parviennent à instaurer un dialogue au-delà des mots, dans quelque chose qui ressemble à un message extra-corporel, un message qui n’a que faire des convictions, des certitudes et des croyances. Ce message est une adresse à la chair, à cet intime que l’on n’atteint jamais vraiment. Seules les musiques qui se déploient dans le silence peuvent saisir cet impalpable.

Quand le son devient une texture que l’on malaxe, que le son devient une matière organique, la musique devient un média qui touche chaque parcelle du corps bien plus que des mots ou un savant raisonnement.  Que ce soient Tim Hecker, Leyland Kirby qui ne cesse de ranimer de vieux fantômes endormis dans des formules hantologiques oubliées, Mathias Delplanque qui ouvrage le son comme on martèle une pierre, ils sont tous des architectes d’un monde qui n’existe pas, un royaume de Cthulhu, comme un appel auquel il ne faut pas répondre, comme une attraction à laquelle on ne peut résister.

Comme ses confrères cités ci-dessus, le nantais Sébastien Guérive malaxe le son comme une matière vivante, cherchant à créer une texture pour chaque note, un espace pour chaque silence et chaque rupture. Omega Point, son nouvel album, est un voyage sombre mais captivant dans des territoires étranges parfois désertés de toute présence humaine, parfois on devine des traces anciennes, l’absence de dieux anciens. Sébastien Guérive décrit le vide dans ce qu’il a de plus ample, dans ce qu’il a de plus céleste, dans ce qu’il a de plus ténébreux. Tout au long de ce disque aux sonorités Dark Ambient, on suit une musique faite de méandres et de fils fragiles au spectre large allant de l’obscurité la plus totale, la plus pleine à une couleur indolore, à une neutralité bienveillante. Il y a quelque chose de l’ordre de la vengeance du Nemesis, cette déesse qui vient abattre de son courroux l’humain saoulé par l’Hybris, par sa part de démesure et de mégalomanie. En effet, la musique de Sébastien Guérive se refuse à tout lyrisme, à toute transcendance, à toute élévation. Elle creuse le détail, poursuit l’infiniment petit, l’insignifiant et c’est ainsi qu’elle trouve son chemin vers nous.

Parfois pas si éloigné des travaux de Pieter Nooten ou de Boards Of Canada, la musique de Sébastien Guérive joue avec les limites mais aussi la rudesse du son, son âpreté. Chaque note est comme une forme mouvante.

Construit avec une élégance rare et une intelligence subtile, Omega Point n’est jamais illustratif ni trop bavard. Jouant aussi bien avec la dissonance que les ruptures ou la torpeur, Sébastien Guérive nous captive car il ne se rend jamais prévisible. Pas de fil blanc contre lequel se raccrocher ici ou plutôt un fil d’Ariane ténu, pas une corde ni vraiment un appui. Une promesse de gouffre peut-être, une promesse assurément. La promesse d’une surprise, d’une fascination de l’indicible.

Parfois éprouvant dans son désespoir ramassé sur lui-même, Omega Point laisse toutefois passer de la lumière au sein d’un même morceau. Prenez Omega II et sa lente dramaturgie que l’on pourrait rapprocher des obsessions d’un David Chalmin ou Nashira possible réminiscence des pièces instrumentales de Low ou d’un inédit du Japan de Tin Drum. Bien que largement nourri par la musique électronique, le territoire qu’emprunte Sébastien Guérive va également piocher dans les codes de la musique classique à l’image d’Omega VII qui fait s’entrechoquer une fugue de Bach avec un chaos presque noise.  Il y a ici un combat entre des forces contraires mais aussi entre des directions opposées, la rose des vents est troublée. On saisit ici et la des puissances aussi bien horizontales que verticales, des mouvements d’en-dedans et d’expulsion. Prenez ce joyau qu’est Bellatrix, charnière lumineuse du disque. On y entend comme des échos d’un chœur féminin, des textures à rapprocher de Behind The Shadow Drop, projet annexe de Takaakira ‘Taka’ Goto, leader du groupe japonais Mono. Autant Harmonic, le disque solo du japonais était  la musique d’une bande originale d’un film imaginaire que l’on imaginait volontiers contemplatif, autant Omega Point navigue à vue au milieu d’une voie lactée, d’une suite de galaxies à l’infini perturbant et intimidant.

 

Ce qui est fort pertinent dans le travail du nantais, c’est qu’il attache autant d’importance à l’atmosphère qu’à la texture, à la mélodie qu’au jeu des ruptures que l’on sent souvent à l’oeuvre dans ses pièces instrumentales. Cet art consommé de la brisure révèle la présence d’un individu derrière tout cela et pas seulement d’un algorithme froid qui prévoit et prédit tout à l’avance, le hasard n’est jamais aboli de l’opération au sein de ces structures à la fois ouatées et perturbées. On croisera ici les influences d’un Kjartan Sveinsson, du Sigur Ros de Valtari pour cette même élévation empêchée, pour ce même enracinement dans des sables mouvants. On notera la présence de Manuel Adnot auteur d’un sublime Amor Infiniti l’année dernière, preuve encore une fois qu’une belle scène musicale existe à Nantes.

Omega Point est un disque qui se déploie lentement mais sûrement et atteint comme une forme de plénitude, pas tout à fait une sérénité ni vraiment un apaisement, une parenthèse peut-être, un disque empathique et complice de notre solitude.

Greg Bod

Sébastien Guérive – Omega Point
Label : Sébastien Guérive/Atypeek Music
Sortie : le 19 mars 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.