Whispering Sons – Several Others : Le retour des flamands noirs

Avec leur nouvel album Several Others, les flamands de Whispering Sons se tiennent éloignés, autant que possible, du revival nostalgique post-punk, en érigeant l’exigence à un niveau rare. La voix atypique de la chanteuse Fenne Kuppens fait le reste et est clairement l’élément moteur du quintette.

WHISPERING-SONS-2021
© Daniil Lavrovski

En 2013, le groupe belge cherchait une chanteuse inspirée par la cold-wave et le post-punk. C’est une certaine Fenne Kuppens qui fut choisie, et cette fan de Slowdive n’a rien d’un clone de Siouxsie and the Banshees où d’Xmal Deutschland. Elle s’imprègne des références souhaitées et développe alors, une voix quasi masculine pour un résultat bluffant. Puissant et insoumis, son chant fait d’elle l’élément catalyseur du groupe.

Whispering-Sons-Several-othersSeveral Others, leur second album, suit la destinée du premier album Image sorti en 2018. Soit un succès qui dépasse l’estime de la scène cold pour s’ouvrir à un public plus large. Musicalement, les influences post-punk sont présentes dans les guitares arides et tranchantes de Kobe Lijnen. Mais c’est du côté du duo rythmique assumé par Tuur Vandeborne et Sander Pelsmaekers que Whispering Sons se détache des autres groupes. Oublié le binaire simpliste, les combinaisons rythmiques décomplexées sont au diapason avec le chant. Les claviers de Sander Hermans ne sont pas envahissants et savent être imparables lorsque la composition le demande. La voix de Fenne  Kuppens, omniprésente, laisse que peu de place à l’instrumentation.

Parmi les belles réussites figurent l’oppressant Surface qui libère la tension au fur et à mesure. Les instruments tribaux sont aux ordres de la chanteuse qui répète des “so close now” habités. La guitare rappelle celle de Franck Darcel de Marquis de Sade et maintient comme il se doit la tension. Heat aux beats et trombes de basse menaçantes mènent les arrangements et les saturations dans un maelström sans fin. Vision passe par tous les états et touche la perfection avec sa fin dantesque sur laquelle F. Kuppens s’invite dans une transe libératoire. Plus tragique, (I leave you) Wounded passe en mode synthé-dark plutôt réussi quand Aftermath ou Screens se murent dans un schéma plus classique avec un piano et des résonances bruitistes qui développent de belles ambiances coutumières chez Michelle Gurevich. Le groupe n’évite pas certaines redondances sur Dead End, Satantango et Surgery, sans que la voix caverneuse de F. Kuppens n’arrive à les sublimer.

Qu’importe, car Whispering Sons aura réussi à rendre leur musique réfléchie et passionnante, plus que la moyenne en tout les cas.

Mathieu Marmillot

Whispering Sons : Several Others
Label : [PIAS]
Date de Sortie : le 18 juin 2021