“Le Boiseleur, tome 2 – L’Esprit d’atelier” : la sculpture, cet art mystérieux

Cette deuxième partie du conte enchanteur co-réalisé par le regretté Hubert et Gaëlle Hersent, publié à titre posthume, nous emmène sur les rives de Belizonde. Dans cette « Babylone » des arts, le jeune et talentueux sculpteur Illian va vivre une expérience houleuse, véritable parcours initiatique au dénouement inattendu.

Le Boiseleur, tome 2 : L’Esprit d’atelier – Hubert & Gaëlle Hersant
© 2022 Soleil Productions – Gaëlle Hersent – Hubert

Quand le maître sculpteur Tullio Hamzari tombe par hasard sur cet oiseau en bois, il est littéralement figé d’émerveillement. C’est ainsi qu’il va quitter Belizonde, prestigieuse capitale des arts, et prendre la mer pour rejoindre le petit port de Solidor et en rechercher le sculpteur, qui n’est autre qu’Illian. Tullio veut le convaincre d’intégrer son atelier pour lui enseigner le travail sur la pierre. Le jeune homme accepte, un peu à contre-cœur car il a renoncé à la sculpture, et puis ce voyage va l’éloigner de Flora, dont il est resté éperdument amoureux mais qu’il n’a pas revu depuis des années… De plus, il se retrouvera confronté à d’immenses défis dont il ignore tout, car en effet Tullio ne lui a pas encore tout dit…

Le Boiseleur, tome 2 : L’Esprit d’atelier – Hubert & Gaëlle HersantPour ceux qui sembleraient interloqués par la mention de feu Hubert sur la couverture deux ans après sa mort (tout comme le livre 2 de Ténébreuse qui vient de paraître), précisons que cet auteur n’écrit pas ses scénarii depuis l’au-delà… Même si cela pourrait tout à fait constituer le pitch d’une belle histoire de ce conteur né ! Ce deuxième volume du Boiseleur a bel et bien été écrit de son vivant, hormis l’épilogue. A cet égard, et on lui en sait gré, Gaëlle Hersent s’est autorisée à conclure le livre, à partir des « grandes lignes » d’un récit déjà esquissé par Hubert, et en collaboration avec Fabien Vehlmann. Mais aussi à titre d’hommage comme elle le dit elle-même. Et nul doute que l’intéressé en aurait été ravi…

Alors que la première partie était centrée sur l’activité sur bois de notre jeune héros Illian, L’Esprit d’atelier nous fait pénétrer dans le monde de la sculpture sur pierre, ce qui renouvelle de façon originale ce conte plein de magie. Le grand mérite de l’histoire est de nous faire aborder la sculpture sous l’angle du merveilleux tout en initiant les plus béotiens d’entre nous (dont je fais partie) au « plus mystérieux des arts ». Illian lui-même, coutumier de la sculpture sur bois, réalise que travailler la pierre, ce n’est pas du tout la même limonade ! S’il a su faire preuve de son talent avec ses oiseaux en bois, le pauvre garçon est désormais totalement déboussolé, avouant ne rien piper aux principes de façonnage de ce matériau. Le bois, c’est tendre, mais le caillou, c’est pas chou ! L’identification au jeune artiste sera d’autant plus aisée pour les « cancres » en la matière…

Mettre en images un tel sujet n’était pas à la portée de n’importe quel dessinateur. Gaëlle Hersent se montre largement à la hauteur, très à l’aise pour représenter les formes, le mouvement et les courbes de la statuaire. Son crayon virevolte au rythme du ciseau, et certaines planches nous laissent admiratif, avec cette sensation de nous être appropriés les bases d’un art fascinant. Après ça, forcément, on ne regardera plus tout à fait les statues de la même façon… En revanche, si la colorisation est sobre, on pourra regretter, même si ça ne gâche pas l’ensemble, cette propension à utiliser les mêmes tonalités, qui voient principalement le marron converser avec le beige, l’orange ou un bleu tirant vers le gris, ce qui confère à l’ensemble une certaine monotonie.

Comme pour chacune de ses œuvres, Hubert n’a pas oublié d’être « inclusif », sans ostentation toutefois, en intégrant à l’histoire des personnages d’origine ethnique diverses et en faisant des femmes autre chose que les faire-valoir de la gent mâle. Mais ce que l’on retiendra surtout, c’est le contenu philosophique de ce conte, dans lequel les artistes « officiels », les vaniteux, qui sont souvent les mêmes, en prennent pour leur grade. L’arrogance et l’esbroufe, c’est pas le genre de la maison Hubert ! Quant au twist final qui vient ponctuer la compétition finale entre les deux ateliers desquels le timide Illian est l’un des représentants — avec un enjeu terrible, la mise au ban de l’atelier perdant ! —, il nous invite peut-être juste à être nous-mêmes, en évitant le « côté obscur » induit par un ego surdimensionné aux effets potentiellement dévastateurs… Et pour les plus romantiques d’entre nous, les auteurs n’ont bien sûr pas oublié la discrète love story entre Illian et Flora, sa dulcinée restée au pays qu’il croyait perdue à jamais. Mais les auteurs nous évitent le « Ils-furent-heureux-et-eurent-beaucoup-d ’enfants » en privilégiant une fin plus subtile… Avec pour seule conclusion : en art comme en amour, c’est toujours la pureté des sentiments qui prime…. Et pour le second, pas besoin de ciseau, de gouge ou de rabot…

Laurent Proudhon

Le Boiseleur, tome 2 : L’Esprit d’atelier
Scénario : Hubert
Dessin : Gaëlle Hersent
Editeur : Soleil
Collection : Métamorphose
120 pages – 19,99 € (version numérique : 13,99 €
Parution : 31 août 2022

Le Boiseleur, tome 2 : L’Esprit d’atelier — Extrait :

Le Boiseleur, tome 2 : L’Esprit d’atelier – Hubert & Gaëlle Hersant
© 2022 Soleil Productions – Gaëlle Hersent – Hubert