Mascarades

affiche_3.jpgLyes Salem, César du meilleur court-métrage avec Cousines en 2005, passe au format supérieur et signe, sur un ton délibérément léger et joyeux, une petite foire désordonnée et sympathiquement anodine. Rien, en somme, qui ne secouera le cinéma français et arabe. Non pas que Mascarades soit désagréable, loin de là , même si le rythme se perd parfois dans une construction trop hachée et que certains acteurs amateurs sont peu convaincants, mais simplement parce qu’il n’apporte rien de neuf à  la comédie, exotique ou pas, théâtrale ou télévisuelle.

Les ressorts comiques assez plats et le manque d’inventivité plaquent au sol une oeuvre dont la sincérité n’est pas mise en cause. On sourit plus qu’autre chose, pourtant l’amour pour les petites gens manque beaucoup dans l’arrière-plan ; trop concentré sur ses protagonistes, gesticulant pour pas grand-chose, le cinéaste en oublie de dépeindre un pays et son peuple, à  travers l’émotion d’un décor qui ici n’est que le prétexte à  un vaste champ de liberté pour la caméra, sans jamais que cette dernière sache capter la beauté du décor, misérable ou étendu, qui s’offre au cinéaste. Mais il y a certes quelques jolis moments (dont ce visage féminin qui sort de la pénombre) qui font que Mascarades est gentil, plaisant même.

Sauf que le scénario, unique prétexte à  une débandade de gens et de scènes foutraques sans réelles justifications (la comédie est lancée sur un malentendu tellement minimaliste et improbable que, même s’il demande à  être pris au second degré, il désamorce d’emblée la suite et la rend plus qu’anecdotique), essaye tant bien que mal de retrouver la finesse d’esprit et de mots d’un Molière oriental et moqueur. Pourtant rien n’y fait ; les calembours ne sont bons que quand ils sont (a)menés et tirés vers des conclusions attendues. Car, sans être mauvais, Mascarades part de rien et n’amène à  rien, tout en ne racontant rien. Et encore même le plaisir du cinéma ne passe pas forcément par l’intérêt qu’une oeuvre peut contenir, le fait qu’un film soit seulement porté par l’indéniable plaisir de tourner – de manière enfantine et Kusturicienne dans sa propension à  partir sans raison dans tous les sens –  paraît bien peu. En mélangeant tout et pas grand-chose, Mascarades s’essaye dans l’excentricité d’une comédie pareille à  un feu d’artifice, un peu pâle cette fois-ci et dont les combinaisons paraissent déjà  vues mille fois.
Au risque de relever… de l’artifice.

Jean-Baptiste Doulcet

2.gif

Mascarades
Film français de Lyes Salem
Genre : Comédie
Durée : 1h32
Sortie : 10 Décembre 2008
Avec Lyes Salem, Sara Reguigue, Mohamed Bouchaîd

La bande-annonce :

Plus d’infos sur ce film

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Mascarades"

avatar
  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Benlabed Reda
Invité
En même temps, lorsque la comédie française de référence se limite à Rrrrr ou encore Camping, et que vous jugez ce film qui « part de rien et n’amène à rien, tout en ne racontant rien », je me permet de prendre votre commentaire pour ce qu’il vaut. Il part de rien, et n’amène rien, tout en ne racontant rien. Mais je ne vous tiens pas en rancoeur. Je préfère mettre ça sur le compte de votre acrimonieuse addiction au cinéma nord américain. Alors que vous considérez que « le cinéaste en oublie de dépeindre un pays et son peuple », vous faites preuve… Lire la suite »
jean-baptiste
Invité
Tout d’abord je tiens à préciser que, pour ma part, ainsi je vous donne probablement raison quant à ce que vous appelez le « fast cinema nation » que je dois adorer, « RRRrrrr » est une comédie qui me fait bien rire. Je n’en dirais pas tant de « Camping » par contre, enfin bon, peu importe, des petits plaisirs coupables de temps en temps. Est-ce que le fait d’aimer le cinéma ‘nord-américain’ (quelle sottise, américain tout court, et que je n’apprécie pas forcément plus qu’un autre), aimer les frères Coen, Anderson, Eastwood, les grands faiseurs de cinéma, les gens qui ont du talent, est-ce… Lire la suite »
Benlabed Reda
Invité
Je tiens tout d’abord à vous remercier (à vous ou aux responsables de la modération du site) pour ce droit de réponse et cette ouverture d’esprit qui permet aux personnes raisonnables et civilisées d’échanger des avis en tenant des propos respectueux. J’accepte également volontiers et à sa juste valeur, votre Mea Culpa quant à votre aveu de « petits plaisirs coupables de temps en temps » dans la publication de vos « critiques capitalistes ». Tout ceci est tout à votre honneur. Néanmoins, je regrette amèrement votre interprétation (inconsciente je l’espère) de mon commentaire. Vous avez peut-être cru comprendre, ce… Lire la suite »
Jean-Baptiste
Invité
Il n’y a aucun problème si quelqu’un critique l’une de mes critiques! C’est aussi fait pour ça. Seulement vous vous êtes embarqués dans un « Fast Food Nation » que je n’avais pas vraiment compris ; vous avez donc lu l’une de mes critiques que j’ai du envoyé sur un site où les notations sont publiques, et donc à propos de ce « Fast Food Nation » (qui ceci dit est un film important et intéressant à mes yeux). Je n’étais pas critique à l’époque! Mais je reconnais m’êtree probablement emballé sur l’écriture légère que j’ai faite à propos de « Fast Food Nation », et… Lire la suite »