Les Chèvres du Pentagone

leschevres.jpgAvec pareil titre, on attendait au minimum une satire mordante sur la politique bushienne et les troupes américaines. Sauf qu’au contraire d’une véritable comédie, où le gag est une syncope rythmique sur lequel le film entier repose, il n’est ici qu’une ponctuation. Les séquences (poupées russes de flash-backs incessants) s’accumulent comme des chapitres desquels dépendent entièrement l’humour, et non l’inverse.

« Les chèvres du pentagone » semble pensé initialement dans son décor et sa direction plutôt que dans sa situation ; c’est en partant sans base, d’une simple idée humoristique, que se fait le sel de la comédie, toute son absurdité, non pas dans l’application des codes pour ensuite y ajouter dialogues et grimaces comme une sauce relevant la banalité du plat. L’ennui, c’est que la plupart du temps, même lorsqu’il pourrait fonctionner, l’humour tourne à  vide dans une pauvre ringardise et des répliques dépassées. On sent que toute la mise est sur la décontraction et la dérision des acteurs (Clooney et Bridges sont, à  ce jeu-là , plutôt divins), voire éventuellement sur le pitch initial, au fort potentiel comique. Mais la seule impression que laisse le film, en plus d’être boiteux dans son énergie et déjà  vu cinquante fois, c’est qu’il semble tout droit sorti d’une mauvaise période eighties de la comédie américaine. En 1h30, le film prend 20 ans d’âge et perd toute liaison avec le monde actuel. Car pour une prétendue satire, il n’y a franchement rien d’audacieux et encore moins de courage, puisque finalement le léger piquant abandonne sa cible pour se rétracter sur une position héroîque d’une naîveté agaçante. Le choc des cultures entre deux peuples en guerre est complètement daté et la vision hippie de l’armée américaine un doux délire sans véritable interêt pamphlétaire ni comique.

Chèvres du pentagone ? Il n’y a aucun animal de la ferme dans cette fausse arme de destruction massive, production bon-enfant et angélique sur les méfaits de la guerre et la folie qu’entretiennent les leaders des troupes armées. A la rigueur quelques vigoureux étalons qui font du film un traité pacifiste. << On a plus que jamais besoin de guerriers Jedi >>, nous rappelle-t-on gentiment.

1_5.gif

Jean-Baptiste Doulcet

Les Chèvres du Pentagone
Film américain réalisé par Grant Heslov
Avec George Clooney, Ewan McGregor, Jeff Bridges…
Genre Comédie
Durée 1h30 min
Date de sortie cinéma 10 mars 2010

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Promété Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Promété
Invité
Promété

Cette surprenante comédie repose sur des faits similaires qui ont déjà minimisé ou évité des conflits. Réalisations pacifiques estimables qu’il faut considérer aujourd’hui je pense.
Remis dans ce contexte ce gag drôle prend un sens merveilleux grâce l’effet collatéral (non évoqué ici) : la solutions aux conflits, sans affrontements. Voir :
source :
http://www.opednews.com/articles/Taking-The-Men-Who-Stare-a-by-Dr-David-Leffler-091215-967.html
traduction, à : 9.03 à 10 h 26 , voir :