Fête des morts, de O. Cinna et S. Piatzszek

Bienvenue au Cambodge, bienvenue dans un pays où la prostitution enfantine et la pédophilie restent,  des fléaux majeurs. Pour lutter contre cette forme de criminalité, la police locale travaille en collaboration avec des policiers français détachés pour surveiller et enquêter sur les trafiquants d’enfants et sur les prédateurs. Serge fait partie de ces flics d’un genre un peu spécial qui n’hésitent pas à  employer des méthodes un peu rudes pour arriver à  leurs fins. Personnage bourru et sombre, massif et peu porté sur la communication, Serge,  d’employer des méthodes plus expéditives et qui ne plaisent pas à  ses collègues locaux pour tenter d’endiguer ces pratiques criminelles et mettre la main sur les types du réseau qu’il tente d’infiltrer.

Drame, mais aussi polar musclé, »Fête des morts » se lit presque d’une traite et nous plonge sur les traces de ce flic pas comme les autres, dans un univers poisseux et malsain. Sans temps mort et avec un sens du rythme jamais démenti, ce livre est une jolie réussite, avec un graphisme à  l’encre de chine signé Olivier Cinna en parfaite adéquation avec le récit de Stéphane Piatzszek.
Et malgré l’aspect glauque du scénario, les auteurs de ne se laissent jamais aller à  une quelconque forme de voyeurisme ou de misérabilisme qui auraient considérablement alourdi le propos. Chapeau messieurs !

Benoît Richard

Fête des morts
Scénario : Stéphane Piatzszek
Dessin : Olivier Cinna
Editions : Futuropolis
104 pages N&B – 1€¬
Parution : avril 2011

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Cinna Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Cinna
Invité
Cinna

Bonjour Benoit
ça fait plaisir de voir , que l’on parle encore de « Fête des morts »,quelques mois après sa sortie et surtout en ces termes.
Un grand merci à toi.
Olivier Cinna