Moi, Tonya : un biopic tragicomique et caustique

Aussi acéré qu’une lame, ce Biopic méchamment subversif autour d’un tragique fait divers sportif divertit de façon incisive en contant les débris sur la glace. Wounds and cry…

Moi, Tonya : Photo

Étonnant Biopic narrant le destin tragique de Tonya Harding, patineuse artistique, célèbre pour être la première à avoir fait un triple axel en compétition, qui va voir son ascension brisée par des soupçons d’agression envers sa rivale Nancy Kerrigan, juste avant les jeux olympiques d’hiver de 1994 à Lillehammer (Norvège).

Le cinéaste australien Craig Gillespie peu reconnu jusqu’alors s’empare de ce fait divers dans le milieu sportif pour offrir une tragi-comédie de haute volée. Le metteur en scène débute dans le style faux-documentaire pour nous présenter le personnage de Tonya Harding entourée d’une troupe de personnes bigarrées venus de son entourage, par le biais d’interviews décalées. Le long métrage raconte l’enfance compliquée de la championne, sous le joug d’une mère dictatoriale et alcoolique, jusqu’à la préparation des fameux Jeux Olympiques d’hiver 1994, quand elle se retrouva soupçonnée d’avoir planifié et mis à l’exécution avec son mari) sans que son entraîneuse soit au courant), l’agression de sa rivale Nancy Kerrigan. Le réalisateur impose d’emblée une virevoltante mise en scène inventive pour illustrer de façon dynamique cette comédie noire sur la glace convoquant aussi bien Les Affranchis (1990) de Martin Scorsese que l’humour mordant du cinéma des frères Coen.

Moi, Tonya : Photo afficheCraig Gillepsie profite de cette histoire vraie pour nous proposer également une lutte des classes où : « Tonya est l’Amérique », sortie d’un milieu redneck stupide et violent se retrouve confronter à une rivale de la middle class correspondant mieux à ce que l’Amérique veut montrer aux yeux du monde. Ce détonnant Biopic pop aux nombreuses séquences de patinage inhabituellement dynamiques, est composé d’un casting épatant, filmé non sans stéréotype mais avec bienveillance, même envers les personnages les plus terribles leur donnant ainsi malgré tout, une certaine dignité dans leur côté pathétique. Le cinéaste propose un hallucinant récit tragicomique illustrant une narration linéaire dynamique très éloquente.

Cette réjouissante et pertinente chronique sportive et sociale possède l’atout majeur d’un casting judicieux. Pour incarner le rôle de Tonya Harding, le réalisateur a eu la bonne idée de faire endosser le costume à paillettes à la sensationnelle Margot Robbie (Suicide Squad), totalement habitée par son personnage sur le fil de sa lame, où même ses clopes viennent se heurter sur la tranche d’acier, avant la fin…Sans oublier la prestation sidérante d’Allison Janney  en mère diabolique. Des « performances » d’actrices déjà d’être maintes fois récompensées avant la course à l’Oscar qui se déroulera le 4 mars au Dolby Theater de Los Angeles.

Venez-donc redécouvrir l’envers du décor de cette divertissante histoire tragique, car même si elle n’est pas un ange, souvenez-vous : « Tonya Harding est l’Amérique et l’a toujours été » dans Moi, Tonya. Prenant. Caustique. Séduisant.

Sébastien Boully

Moi, Tonya
Film américain réalisé par Craig Gillepsie
Avec Margot Robbie, Allison Janney, Sebastian Stan…
Genre : Biopic / Drame / Comédie
Durée : 2h00
Date de sortie : 21 février 2018

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des