Minivip et Supervip sauvent le monde grâce à l’humour

Soleil ressuscite deux superhéros parodiques de l’animation italienne dans cet album de SF écolo déjanté, avec le concours du talentueux Grégory Panaccione.

Minivip et Supervip – Bozetto & Panaccione

Terre, pollution : 99,999 %. L’humanité est en péril. Et si un complot extraterrestre était à l’origine de cette situation catastrophique ? Deux frères superhéros que tout oppose, l’un grand et fort, l’autre petit et faible, vont se trouver confrontés bien malgré eux à un défi de taille : contrecarrer l’odieuse impératrice de la planète Sparky qui projette de conquérir l’univers grâce à des télé-transporteurs portatifs…

Minivip et Supervip – Bozetto & PanaccioneOn peut dire que Soleil a fait fort pour accoucher du petit dernier de la collection Métamorphose, Minivip et Supervip. Présenté dans un tirage soigné avec vernis sélectif pour la couverture, l’éditeur a fait appel à un vétéran de l’animation italienne, Bruno Bozzetto, et à Grégory Panaccione, figure montante de la BD européenne. Récompensé par un Ours d’or à Berlin en 1990, le Milanais a ressorti ses propres archives pour ce one-shot dérivé de son long métrage de 1968, méconnu de ce côté-ci des Alpes, VIP, mon frère Superman, avec ses deux héros improbables, parodies des surhommes marvelliens d’outre-Atlantique.

Quant à Panaccione, jeune quinqua arrivé tardivement dans la BD mais déjà remarqué pour Un Océan d’amour et sa série Chronosquad, il a su réactualiser l’univers « sixties » de l’Italien sans en dénaturer l’esprit, un rien provocateur. Son dessin « cartoonesque », graphiquement très abouti, dynamise parfaitement cette histoire aux rebondissements multiples, entre la fable écolo et le pastiche SF. Jouant davantage sur le visuel, ce pavé de 280 pages sans temps morts se lit plutôt vite, et, de façon fort logique, donne parfois l’impression de regarder un dessin animé (il suffit de visionner la bande-annonce pour comprendre). Résultant d’une mise en page serrée, le mouvement est punchy et les trombines des personnages, qu’elles soient flegmatiques ou hallucinées, produisent leur effet comique à plein. Seul bémol, les répliques ne sont pas toujours drôles et la narration tend parfois à s’égarer dans des délires quelque peu tortueux qui diluent la tension censée habiter le récit, même si bien sûr, on est davantage dans le registre de la dérision.

Supervip et Minivip, ces deux frangins héros plus « anti » que « super » dont on retient surtout la capacité à commettre des gaffes, sauront-ils trouver leur public au-delà de l’Italie ? En tous cas, cet album « jeunesse-mais-aussi-pour-toute-la-famille » ne manque pas d’atouts pour les y aider, avec notamment cette galerie de créatures décalées et hilarantes (l’Impératrice « Fertilité », petite sœur de Jabba the Hutt, Sing-Song, le gorille aux angoisses shakespeariennes, ou encore Sterminator, géant vert très benêt à la syntaxe fantaisiste). Avant de téléporter sur une planète lointaine nos deux zigues en collants, on peut donc les inviter dans son salon de lecture, tout en les priant bien évidemment de ne pas faire de zèle…

Laurent Proudhon

Supervip & Minivip – Le Mystère du va-et-vient
Scénario : Bruno Bozzetto
Dessin : Grégory Panaccione
Editeur : Soleil
Collection : Métamorphose
280 pages – 27,95 €
Parution : 6 juin 2018

Minivip et Supervip – Bozetto & Panaccione – bande-annonce :

 

 

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des