Lomepal – Jeannine : À la Folie

Lomepal sort son deuxième album tant attendu et offre en pâture la schizophrénie de sa grand-mère dans une impudeur salutaire. Le parisien livre un disque splendide, solaire et dépressif, entre ombre et lumière, et vient assoir son indispensable et singulière présence dans le Rap Game.

Lomepal
Credit photo : The BackPackerz – Wikimedia Commons

Elle s’appelait Jeannine.
Jeannine est décédée en 2000, laissant le jeune Antoine dans un environnement familial en déliquescence entre une mère artiste un peu fragile, ses trois soeurs et un paternel aux abonnés absent. Jeannine est partie son cancer sous le bras abandonnant son petit monde aux aléas de la vie, elle a passé l’arme à gauche en emportant avec elle sa terrible malédiction.
Jeannine était schizophrène.
Antoine perd sa grand-mère à presque dix ans et va garder son fantôme au fond de la poche de son jean durant plus de quinze ans.

Lomepal - JeannineC’est en 2018. Dix-huit piges après que Jeannine ait tiré sa révérence, qu’Antoine dorénavant connu sous le nom de Lomepal, va remettre la main sur son vieux jean et fouiller ses poches pour en tirer les souvenirs jaunis de sa grand-mère disparue.

Après quelques EP’s et autres albums collaboratifs de bonne tenue, Lomepal lâche sur le monde blasé du Rap Français son premier album : Le mélancolique et brumeux FLIP.
Le parisien égrène un égo-trip triste comme un jour de pluie, sur une prod léchée aux doux relents d’Electro-Pop et gagne à la force du poignet sa place dans le Rap Game.
Une nouvelle figure vient de naître dans ce Rap Français en pleine effervescence; une figure grimée en femme et maquillée comme un carré d’as sous la pluie. Une originalité assez couillue et très remarquée dans un Rap hexagonal encore très marqué par la testostérone, un « Peuh-Ra » made in France plus occupé à vérifier celui qui a la plus grande ou bien celui qui pisse le plus loin.
FLIP est un succès et assoit Lomepal aux côtés des nouvelles figures prometteuses de ce Rap de « Babtou », ce Rap de blanc-bec, mené par Orelsan, Nekfeu, Vald ou Roméo Elvis.

C’est dorénavant l’écueil du tant attendu deuxième album qu’il va falloir éviter et prouver que ce FLIP nostalgique et blasé, que ces punchlines gavées de THC et de mauvais whisky, que cette hype immédiate n’étaient pas qu’un feu de paille.

Avec l’écoute assidue du second album du parisien, on se rend vite compte que de feu de paille il n’en est pas question ; et que des étincelles que représentaient ses quelques EP’s au petit feu de paille de FLIP, c’est à un début d’incendie dans une pinède Languedocienne que l’on assiste avec Jeannine.
Lomepal a grandi, – bien qu’il soit encore un Môme de 27 ans… Un môme jusqu’à la mort (Mômes) – les obsessions adolescentes s’effacent lentement laissant les virées en skate et la drague de coin de rue derrière lui. Le parisien a incontestablement franchi un cap important avec ce deuxième album. Les sentiers déjà balisés de l’égo-trip teenage de FLIP laisse place à une introspection plus adulte, plus grave.

C’est à Rome qu’il est parti mettre en boîte son nouvel album, qu’il est allé tuer son adolescence, loin de Paris, loin des potes et des mauvaises habitudes. Parti avec une garde rapprochée (Mohave, Vladimir Cauchemar, Superpoze, ou encore VM The Don et Pierrick Devin) pour accoucher du nouveau bébé, mettre du son sur cette psychanalyse et livrer une drôle d’errance rappée aux contours mal définis.
La recherche assidue de cette célébrité, qu’il clamait haut et fort dans l’album précédent, de cette vie et ces filles faciles qu’il a conquis à la force de la rime semble n’avoir pas eu l’effet prévu. Celui qui dorénavant brille comme l’or, après avoir passé sa vie invisible comme l’air (Évidemment) commence – déjà – à regarder dans le rétro. Et si ce qu’il avait attendu depuis des années n’avait pas le goût escompté, si les rêves adolescents ne faisaient pas forcément des bonheurs d’adultes; et si finalement il continuait à faire ce qu’il sait faire de mieux, lâcher les freins et fermer les yeux (1000°C).

Il s’exhale de l’album un triste parfum de lassitude et d’illusions perdues. Ces idées noires qui rongent le quotidien et obscurcissent le bonheur, qui font flirter la vie avec la mort, l’index avec la gâchette et quelque fois le souhait fatal de partir avec la même tête que Kitano dans « Sonatine » (Plus de larmes).

Lomepal livre un objet étrange, envoûtant. Le parisien s’inspire de la folie de son aïeule, en imprègne son disque, ses lyrics. L’album est flottant et Lomepal évolue en funambule sur ce fil instable et distendu. La folie comme fil rouge de l’album, comme un super-pouvoir: Ma grand-mère était folle et elle m’a transmis son pouvoir (Ne me ramène pas).
La prod’ est léchée, les beats se ralentissent, le rythme devient même Trip-Hop. L’Electro est douce, évanescente, et laisse souvent la place aux instruments (Le piano émouvant de Trop Beau par exemple) et à un minimalisme musical souvent bienvenu. C’est une caisse claire sèche comme une fin d’été et une basse vibrante qui vient appuyer ce Rap chanté, ces rimes modernes, réfléchies, ciselées avec soin; ce flow particulier qui devient un chant si singulier et qui vient flouter encore en peu plus la frontière entre Rap et Pop, poésie et variété.

Lomepal se sort à merveille du piège du deuxième album. Un album flottant, aux contours imprécis qui navigue entre Rap Underground et variété Française, entre précision et spontanéité, entre folie héréditaire et sagesse précoce.
Le parisien continue de tracer son sillon; cette roue qui passe au même endroit inlassablement et qui creuse son sillon un peu plus profondément à chaque sortie. Un mouvement perpétuel qui progresserait inexorablement.
Une sorte de folie douce déguisée en sagesse qui s’inviterait à un bal costumé….qui ne serait pas costumé.

Renaud ZBN

Lomepal – Jeannine
label : Pineale Prod – Grand Musique Management
Date de sortie : 7 décembre 2018

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des