Edwyn Collins – Badbea : la vie après la vie est belle…

Personne ne donnait cher de la vie d’Edwyn Collins, sans même parler de son futur musical en 2005. Le voilà pourtant toujours aussi combattif, émouvant et inspiré en 2019, avec ce Badbea qui n’est (presque) que jubilation et plaisir…

Edwyn Collins
Credit photo : John Maher

Quand on est passé aussi près de l’abîme que l’a fait Edwyn Collins, avec deux hémorragies cérébrales consécutives en 2005 dont les médecins pensaient qu’il ne se relèverait jamais, à quoi peut bien ressembler la vie « après » ? En écoutant son nouvel album, Badbea, déjà son troisième depuis son retour d’entre les morts, on a envie d’écrire : « à la même chose qu’avant, juste en mieux ». Car si l’on sait l’incurable optimisme d’Edwyn, sa foi tellement simple en un lendemain chaque jour un peu meilleur, qui lui a permis de retrouver l’essentiel de son existence d’artiste, grâce également au soutien indéfectible de son épouse / manager, et si l’on admire éperdument cette volonté qui lui a permis de rechanter – alors qu’il ne pouvait plus parler – et de redessiner, alors que sa main droite ne fonctionne plus, Badbea est surtout un autre magnifique exemple du talent d’un artiste qui nous aura régulièrement enchanté depuis ses tonitruants débuts avec Orange Juice en 1979. Un disque que l’on peut, non que l’on doit, écouter en ignorant complètement les épreuves qu’il aura fallu traverser pour en arriver là. Car, et c’est là sans doute le plus beau miracle, c’est « juste un autre album de rock anglais classique », réalisé dans une sorte de geste artisanal immuable, avec goût, inspiration et soin. Un album qui se reçoit comme un cadeau à une époque où ce terme est sans doute particulièrement obsolète dans le domaine musical.

edwyn-collins-badbeaOui, Badbea, à la différence de son bouleversant prédécesseur, le brillant et intense Understated (2013), dévoile un artiste en pleine possession de ses moyens, qui compose toujours des mélodies imparables et les chante avec une conviction rassurante de crooner naturel. Edwyn a presque récupéré sa voix magnifique – certaines chansons pourraient clairement avoir été enregistrées à l’époque de Gorgeous George – et son incapacité sans doute définitive à jouer de la guitare est compensée par un backing band qui joue avec un enthousiasme juvénile étonnant.

Alors, Badbea, business as usual ? Pas tout-à-fait, car cet album décline magistralement cette nouvelle profondeur – peut-on parler de sagesse ? – trouvée par un artiste qui, à ses débuts, pouvait irriter par sa tendance très british à tirer sur tout ce qui bougeait autour de lui dans le domaine de la musique, par une indéniable arrogance qui le rapprochait parfois des Ian McCulloch et autres Liam Gallagher, qui au final ne traduisait que la frustration un peu stérile d’un jeune homme qui ne recevait pas la reconnaissance qu’il pensait mériter. En jetant pour la première fois un regard derrière lui, aussi bien sur ses racines écossaises (Badbea) que sur ses propres souvenirs de jeunesse (Glasgow to London, le titre le plus ludique de l’album), Edwyn semble profondément réconcilié avec ses origines autant qu’avec ses dures années de galères et d’insuccès. Et, plus important peut-être, un peu à l’image de ce qu’il avait réussi dans Gorgeous George autrefois, il montre un désir de papillonner de la manière la plus libre possible à travers l’histoire et les genres du Rock anglais : il s’aventure « en tombant et en riant » aussi bien sur les traces de ses héritiers Franz Ferdinand que derrière ce qui reste des Stone Roses, allant même – pour la première fois sans doute, chercher une excitation, voire une hystérie inhabituelles sur une longue transe traversée de hurlements de saxophone en folie (Tensions Rising).

Alors, bien sûr, It’s All About You ne sera pas un nouveau A Girl Like You, mais nul ne saurait honnêtement attendre un tel miracle. Cependant, le magnifique I Guess We Were Young viendra s’inscrire tout naturellement parmi les plus belles réussites émotionnelles d’Edwyn, tandis que Sparks the Spark paradera aisément un top des meilleures chansons « feel good » de 2019. Et même s’il se conclut dans une certaine mélancolie avec la chanson éponyme, Badbea a des chances d’être l’un des plus beaux fleurons cette année d’un Rock anglais que l’on a toujours pensé éternel, mais qui peine en ce moment à nous exciter comme avant.

Finalement, heureusement que nous avons toujours Edwyn Collins avec nous. Et que, à ce rythme-là, c’est parti pour durer encore un bon moment.

Eric Debarnot

Edwyn Collins – Badbea
Label : AED Records
Date de sortie : 29 mars 2019

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des