Solo : la musique assourdissante d’une blessure infinie

Dessinateur autodidacte, Gilles Rochier est un poète blessé qui ose se mettre en scène dans Solo, une surprenante et belle autofiction. Laissez-vous toucher !

Solo - Gilles Rochier

Abasourdi par les massacres du Bataclan, Gilles s’offre une trompette, l’embouche et sonne. Mutique, il joue, jour et nuit, chez lui, sur les toits, dans la rue, sur les quais de la Seine, partout… Le musicien néophyte ne joue pas, à proprement parler, il couine, il grince, il bugle. Il a tôt fait d’épuiser ses proches, qui renoncent à comprendre son attitude.

Solo - Gilles RochierSeul son ami Kader tente de maintenir une relation, désormais en péril. Gilles s’est rendu insupportable. La ville s’interroge. Que veut-il ? Repousser un monde soudain insupportable, briser l’indifférence qui monte, ou, plus simplement, emmerder les autres, tous les autres, à moins qu’il ne cherche un exutoire à sa souffrance…

Le dessin de Gilles Rochier est simple, un trait encré noir rehaussé d’une couleur bronze. Il va à l’essentiel, offrant un cadre aux questionnements de ses personnages, le rappeur et le voisin, l’ancien taulard et le musicien… Le scénario de Solo se révèle plus complexe que ne le laissait imaginer la couverture. Il multiplie les points de vue, les personnages, les situations et les décors. Gilles nous invite à une ballade entre Gennevilliers et Colombes, un territoire qu’il aime. Il nous invite à passer le périphérique et à venir le rejoindre. Là-bas…

Stéphane de Boysson

Solo
Scénario et dessin : Gilles Rochier
Éditeur : Casterman
88 pages – 17 €
Parution : 11 septembre 2019

Solo – Extrait :

Solo - Gilles Rochier

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des