“Kent State” de Derf Backderf : raid sanglant sur le campus

En remettant en lumière le massacre de l’université de Kent State en 1970, Derf Backderf nous livre sa bande dessinée la plus engagée, et en profite pour fustiger un oncle Sam grimaçant aux mains pleines de sang…

Kent State - Derf Backderf
© Éditions çà et là

Dans ce docu-BD saisissant, Backderf évoque la contestation contre la guerre du Vietnam aux États-Unis dans les années 60-70, à travers la sanglante répression qui s’était exercée contre les étudiants sur le campus de l’université de Kent State, dans l’Ohio. L’événement avait eu des répercussions dans tout le pays, contribuant à retourner l’opinion publique vis-à-vis de l’engagement des USA dans cette guerre. Un travail de mémoire salutaire à l’heure où les forces réactionnaires, soutenues par Trump, s’arcboutent sur leurs certitudes, quelques semaines avant les élections présidentielles.

Kent State - Derf BackderfCela faisait un petit moment qu’on l’attendait, le nouveau Backderf. Cinq ans, si l’on exclut True Stories, une anthologie sortie en 2019 et regroupant des strips de l’auteur parus dans les journaux de Cleveland depuis trente ans. Pour son « vrai » retour, on peut dire que le vieux briscard, à presque 61 ans, n’a non seulement rien perdu de sa verve anti-système, mais qu’en plus il a sans doute produit ici le livre le plus marquant de sa biographie.

A la lecture, on comprend aisément à quoi ont pu servir ces cinq années, tant l’ouvrage surprend par sa maîtrise et sa rigueur journalistique (ne serait-ce que par la longueur des notes à la fin du livre). Car Kent State n’est rien de moins qu’une reconstitution historique, intégralement basée sur des témoignages oculaires et des recherches approfondies menées dans les archives de la bibliothèque de l’université de Kent State. On sent bien que le sujet tenait Backderf à cœur, d’abord parce qu’il est lui-même originaire de l’Ohio, et qu’ensuite il était primordial pour lui de rétablir une vérité longtemps occultée par le discours officiel de l’époque. Pour les autorités gouvernementales et locales, les étudiants contestataires qui s’opposaient à la guerre du Vietnam étaient forcément guidés depuis l’étranger, et à ce titre, méritaient une répression des plus féroces. Le Président Nixon, en poste en 1970, n’était pas connu pour ses positions nuancées vis-à-vis du communisme, dans un contexte où la guerre froide était à son apogée. De fait, la réponse de la garde nationale, qui intervint sur le campus même de l’université ( !), ne fut pas davantage gouvernée par la nuance, et l’horrible fusillade perpétrée par les militaires sous un commandement inapte toucha tous les étudiants quelles que soient leurs opinions ou le motif de leur présence sur les lieux. Ils furent réprimés, blessés et assassinés par la simple fait qu’ils étaient ÉTUDIANTS !

Choquant pour une bonne partie de la population, cet épisode, qui annonçait d’une certaine façon la fin de la guerre au Vietnam trois ans plus tard, reste assez méconnu. On sait gré à l’auteur du Midwest de jeter une nouvelle lumière sur l’événement, ce qui ne redore guère l’image d’une administration américaine rompue à la manipulation et au mensonge. Pourtant, on ne peut aucunement reprocher à Backderf d’avoir travesti les faits et les témoignages, ni de laisser transparaître sa propre opinion. Au contraire, il est parvenu – en tout cas il s’y est efforcé — à construire une narration factuelle et objective, en montrant chacun des protagonistes avec le plus grand réalisme possible, sans manichéisme, même si bien sûr, on peut sentir qu’il ne porte pas la soldatesque, et encore moins les gradés, dans son cœur de citoyen attaché à la justice. La bonne idée de remonter à l’origine des faits qui ont débouché sur cette tragédie, avec un compte à rebours qui s’active dès les premières pages (on comprend que certains personnages seront victimes de la fusillade), contribue à captiver le lecteur désireux de comprendre pourquoi les États-Unis prirent en quelques jours le visage d’une des pires dictatures sud-américaines… Le trait de Backderf reste toujours aussi expressif, mais fort logiquement se fait plus réaliste pour décrire ce cauchemar américain bien réel. On en apprécie toujours autant les rondeurs géométriques, tout comme ce noir et blanc qui lui sied parfaitement. On est tenté d’ajouter, sans vouloir faire injure ni à l’un ni à l’autre, que l’on pense beaucoup à Joe Sacco, non seulement parce que ce dernier fait de la BD documentaire, mais par son style graphique également assez proche.

Fidèle depuis un bon moment aux Éditions çà et là, l’auteur de Mon ami Dahmer signe une œuvre qui se place d’emblée parmi les meilleures sorties de l’année 2020, et prend un relief particulier dans le contexte électoral que traverse son pays. Ce retour très attendu de Monsieur Backderf ne déçoit donc aucunement, et c’est même d’ailleurs tout le contraire !

Laurent Proudhon

Kent State – Quatre morts dans l’Ohio
Scénario & dessin : Derf Backderf
Editeur : Éditions çà et là
288 pages – 24 €
Parution : 10 septembre 2020

Kent State – Quatre morts dans l’Ohio – Extrait :

Kent State - Derf Backderf
© Éditions çà et là

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.