5+5 = Les disques préférés de Bruno “Patchworks” Hovart

A l’occasion de la parution du nouveau disque de Mr President, (One Night EP), nous avons proposé à Bruno “Patchworks” Hovart de nous faire sa sélection du moment et de toujours.

 Bruno "Patchworks" Hovart

A l’origine d’une kyrielle de projets musicaux aboutis et largement salués (Uptown Funk Empire, The Dynamics, Metropolitan Jazz Affair, Patchworks Galactic Project, Voilaaa, Taggy Matcher, Mr President), Bruno “Patchworks” Hovart a sélectionné ses coups de coeur du moment, en précisant que ses choix portaient plus volontiers sur des titres plutôt que des albums. Ses choix d’albums préférés quant à eux, inscrits dans le temps, ont été immédiats.

septembre 2020

5 titres du moment :

Birds On A Wire – La Marelle (Amarelinha)

L’original par Nazaré Pereira était déjà très joli ! J’adore comment elles ont réussi à développer l’esprit du morceau, avec légèreté, finesse. C’est beau, c’est émouvant, c’est simple, c’est aérien : c’est BON !

Burna Boy – Wonderful

Je suis un grand fan de sons vintage Ghanéens et Nigérians. Le Hi-Life roots est une des grosses influences de mon projet VOILAAA
Entendre un truc ultra moderne respectant et sublimant les codes de cette musique est une sacrément bonne découverte : mélancolie, flex, minimalisme et deepness ! Pas dingue de tout chez Burna Boy, mais là, 3 fois OUI !

Biga Ranx – Les poches

Rencontré récemment, Biga m’a touché, par sa personnalité, par sa prestation scénique et par la cohérence entre les deux.
Sa musique est honnête, vraie, tendre et simple à la fois. En musique comme dans la vie, l’authenticité paye !
Je me réjouis de son succès et ce n’est pas un hasard si mon vieil ami Blundetto collabore avec lui… le monde est petit et c’est chouette !

Yapunto – El Mar y Ella

Après Biga Ranx, seconde pépite venue de Tours. Morceau écrit par Boris Pokora, qui joue avec moi sur le projet JOAO SELVA.
Je trouve cette mélodie de Gaïta (flûte de la côte nord colombienne) d’une pureté et d’une limpidité remarquables !
Ce genre de ligne qui rentre dans ma tête et n’en sort pas !

Black Pumas – Oct 33

Fruit d’un shazam récent, depuis mon bain l’intro de ce morceau m’a comblé ; La guitare est tellement imparfaitement belle !
L’idée de garder des imperfections bien senties sur des enregistrements de soul music correspond vraiment à ma manière d’apprécier la musique ! Merci aux Black Pumas.

5 disques pour toujours :

Cloud One – Atmosphere Strut

De la musique disco instrumentale, fine, naïve, psyché… C’est frais, c’est accrocheur sans être prétentieux. Patrick Adams est un producteur pour qui j’ai beaucoup d’admiration, c’est une grosse référence pour moi sur un projet comme MR PRESIDENT.

Neil Young – Harvest

Selon moi, un des albums les plus réussis de la musique moderne. Textes, musiques, arrangements, prise de son, construction et évolution du disque : tout est subtile et bien senti, et tout ceci avec une élégance et une simplicité remarquables. Neil Young est mon idole, donc je ne limite pas les compliments.

Gil Scott-Heron ‎– Pieces Of A Man

La forme : Une véritable dream team (le casting des musiciens, de l’arrangeur etc… est fabuleux), au service, non pas de la performance, mais du groove et de la sensibilité de Gil Scott-Heron.
Le fond : un contenu politique indéniable, via une utilisation de la poésie comme témoignage des US de Nixon. Gil Scott-Heron sait exprimer avec élégance et noblesse, ce que tout un peuple ressent à un instant T.

Cannonball Adderley ‎– Somethin’ Else

Super album de cool jazz, que j’ai découvert adolescent à la médiathèque. Super équilibre dans les leads de Cannonball (alto) et Miles Davis (trompette). Une vraie leçon et référence de prod et d’arrangements si l’on cherche à produire un son épuré.
Si quelqu’un te dit qu’il a du mal avec le jazz, surprend le avec ce disque !

Money Mark – Mark’s Keyboard Repair 

Il fut pianiste des Beastie Boys, et a pondu cet album chez MoWAX, label anglais ultra précurseur et ambitieux. Il s’agit d’une suite de morceaux assez courts, à dominante instrumentale, très low Fi, et qui grattent bien là où ça fait du bien. Money Mark est un peu le Lee Perry de la pop 90’s, il n’a pas peur de faire sale, de faire bizarre… Il a du caractère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.