[Interview] Shabason, Krgovich & Harris : “nous avons fait un disque très paisible et tranquille”

Mine de rien, Joseph Shabason, Nicholas Krogvich et Chris Harris ont signé ensemble l’un des meilleurs albums de l’année 2020 avec Philadelphia. Un disque hommage à l’ambient pop… mais pas que ! Du coup, on a eu envie d’en savoir plus sur ce trio en leur posant quelques questions. Réponses collégiales des intéressés.

Crédit Photo : Ali Bosworth

Une collaboration, c’est parfois un combat d’égos, de personnalités musicales qui ne veulent rien lâcher de leur propre univers. Avec Philadelphia, ce projet qui vous réunit tous les trois, Joseph Shabason, Nicholas Krogvich et Chris Harris, on a vraiment l’impression que l’unité du disque provient du respect de l’univers de chacun. Vous reconnaissez-vous dans cette description ?

Joseph Shabason : Absolument ! Je suis fan de Nick et de Chris, musicalement et personnellement, depuis longtemps. Et donc, faire un album avec eux a été un vrai plaisir. Nous avons tous fait des blagues et écrit des chansons… tout cela s’est déroulé comme je le présageais, de manière très harmonieuse.

Nicholas Krogvich : Ouais ! Pour compléter ce que Joseph a dit, j’ajouterai que j’aime beaucoup mettre à distance mon univers habituel pour tenter autre chose et me mettre en danger. Avec une telle chose, il m’a semblé très libérateur et naturel d’être ouvert et de faire confiance à ce qui allait se passer. Pas d’ingérence, pas de seconde chance, etc.

Chris Harris : C’est sûr, oui. J’ai beaucoup de respect pour Nick et Joseph et j’ai confiance en leurs décisions. Pour moi, la chose la plus agréable dans la réalisation de ce disque a été le sentiment de soutenir mes amis, et je pense que le disque reflète cette appréciation mutuelle.

Je pense que “sans effort et paisible” est assez juste pour décrire notre travail sur cet album.

On a un sentiment d’apaisement tout au long du disque au point qu’on imagine un travail de composition sans effort et un enregistrement paisible. Est-ce vrai ?

Joseph Shabason : Je pense que “la paix” est une bonne façon de la décrire… Plus que tout, c’était amusant. Nous avions parfois des opinions divergentes, mais tout le monde était ouvert aux suggestions des autres et les idées de chacun ont été testées, si bien qu’à la fin de l’enregistrement, tout le monde s’est senti écouté. On avait l’impression que tout le monde abordait l’ensemble du processus avec zéro ego, si bien que le résultat final a été une collaboration véritable et pacifique.

Nicholas Krogvich : C’était tellement agréable de faire ça, du moins pour moi, j’avais à peine l’impression de faire quelque chose. Je peux devenir fou en passant toute un journée dans un studio et je n’ai même pas senti cette sensation pendant tout le processus. C’était plutôt comme si nous étions dans un petit club-house à faire des bêtises. De plus, le fait que les gens s’arrêtent pour jouer apporte toujours une nouvelle énergie à la pièce.

Chris Harris : Je pense que “sans effort et paisible” est assez juste. Au début de l’enregistrement, nous avions tous une assez bonne idée de la mise en scène et nous avions quelques esquisses à travailler, donc le studio nous a donné l’occasion d’expérimenter et de nous amuser. Et comme le dit Nick, le fait d’avoir un groupe de musiciens très gentils et talentueux qui sont venus nous aider à garder le rythme.

Joseph Shabason : Je pense que nous avons commencé à faire un disque New Age…

Quels sont vos parcours musicaux respectifs ?

Joseph Shabason :  J’ai un parcours qui peut paraître incohérent. Je suis passé par le Jazz forcément mais aussi le Punk, l’Emocore et le Ska (Rires). Même si certains de ces genres ne s’entendent plus beaucoup dans ce que je fais.

Nicholas Krogvich : J’ai pris des leçons de piano de la maternelle à la Seconde. J’ai eu un groupe de Garage rock en classe de 4e avec lequel nous avons surtout joué des reprises de Hole et Nirvana ou des Violent Femmes… ce que l’on a pu massacrer Blister In The Sun. Puis les choses ont commencé à être plus sérieuses avec  P:ano dans lequel j’ai collaboré avec Chris ou encore No Kids et ensuite ce projet de groupe de filles appelé Gigi et j’ai joué un peu avec Mount Eerie et Nite Jewel. Maintenant, je fais de la musique sous mon propre nom et je joue aussi dans Dear Nora.

Chris Harris : Mon parcours est un mélange de musique classique, de guitare acoustique, suivi d’études de jazz à l’université.

Il est bien difficile de classer ou de catégoriser Philadelphia tant il va chercher dans différents genres musicaux, si je vous parle de Jazz mais aussi de David Sylvian, de Tor Lundval, de New Age, qu’en pensez-vous ?

Joseph Shabason : Je pense que nous avons commencé à faire un disque New Age, mais le résultat final est un amalgame de toutes les choses musicales que nous aimons… Pas seulement le New Age. Dans l’ensemble, je pense que le résultat final est un disque très paisible et tranquille. Une chanson peut être plus proche du New Age et une autre de David Sylvian mais ce qui maintient la cohésion, c’est la façon dont l’ensemble du disque est ressenti, ce qui pour moi est très cohérent.

Nicholas Krogvich : J’aime beaucoup l’idée de genre – bien que quand il s’agit de faire des choses, je ne le pense pas consciemment. J’adore ces enregistrements de Ryuichi Sakamoto avec David Sylvian et je pense qu’au début, avant même que nous ne commencions à travailler sur quoi que ce soit, je me disais : “Personne ne fait vraiment ça, pourquoi personne ne fait ça ? Je parie que Joseph, Chris et moi pourrions essayer de faire un coup de pied dans la fourmilière“. Je n’ai toujours pas compris ce qu’est Philadelphia. Mais je sais que j’aime ça ! Et je suis très fier d’en avoir fait partie !

Chris Harris : Je pense que Joseph l’a très bien dit – il y a quelques points de référence stylistiques, mais l’important, c’est le sentiment général. Pour moi, c’est en grande partie dû aux styles de l’œuvre solo de Nick et Joseph qui se combinent de manière très complémentaire et intéressante.

Quel rapport entretenez-vous avec la musique New Age qui est parfois mal perçue voire méprisée ?

Joseph Shabason : J’adore ! Comme tous les genres, il y a pas mal de disques considérés un peu faciles qui comptent et résonnent VRAIMENT pour moi.

Nicholas Krogvich : J’aime ça aussi ! Je pense que le genre d’auditeur qui a un problème avec la musique New Age aime probablement le premier album de Roxy Music et ne supporte pas Avalon.

Chris Harris : J’aime le New Age aussi. En général, j’ai une grande tolérance pour les productions considérées un peu « faciles », il y a donc très peu de choses que je méprise et je ne suis pas gêné par la perception des autres, quoi qu’il en soit.

Joseph Shabason : J’adore le jeu de Jon Hassell  et Arve Henriksen, c’est donc agréable d’être comparé à eux

Si on devait scinder les apports des uns et des autres au disque, pour la faire simple, pourrait-on dire que vous, Joseph, vous apportez la partie la plus expérimentale et que vous Chris et Nicholas une approche plus pop ?

Joseph Shabason : Je ne dirais pas ça du tout. Personne n’a apporté plus ou moins de quoi que ce soit à l’album… nous avons tous fait notre truc et expérimenté ensemble jusqu’à ce que la chanson nous convienne.

Nicholas Krogvich : Oui, je suis d’accord.

Chris Harris : Je suis d’accord.

Joseph Shabason, votre instrument de prédilection c’est le saxophone que l’on entend beaucoup sur le disque mais un peu à l’image d’un Jon Hassell ou d’un Arve Henriksen avec la trompette, vous n’en faites pas un usage habituel, vous travaillez votre instrument comme une matière sonore avec des effets. Philip Sherburne de Pitchfork décrit votre rapport au saxophone ainsi :

Le saxophone est un instrument monophonique, mais la batterie d’harmonisateurs et d’effets de Shabason lui permet de tirer de riches accords de son cor, réfractant le son à travers des circuits comme la lumière à travers un prisme.

Travailler ainsi le saxophone au point que l’on ne sait jamais vraiment si on est seulement dans l’Ambient ou dans le Jazz, vous reconnaissez-vous dans cette description ?

Joseph Shabason : Totalement… J’adore le jeu de Jon Hassell  et Arve Henriksen, c’est donc agréable d’être comparé à eux à n’importe quel titre. Je pense que pour moi, je reconnais mes limites en tant que saxophoniste ainsi que ce que je trouve intéressant dans cet instrument. Je ne serai jamais capable de jouer du jazz comme Sonny Rollins donc j’ai dû trouver ma propre voix sur l’instrument qui me semblait être une représentation exacte de ce que je trouve excitant et frais. La façon dont je joue maintenant me ressemble plus que lorsque j’essayais de jouer comme Sonny.

Joseph, vous avez aussi bien collaboré en tant que saxophoniste avec Dan Bejar de Destroyer que The War On Drugs, quels souvenirs conservez-vous de ces collaborations et que cela a-t-il apporté à votre propre travail ?

Joseph Shabason : Une grande leçon que j’ai apprise de Dan est comment produire les gens de manière à ce qu’ils se sentent appréciés. Dan n’a jamais fait de micro-gestion des personnes dans les sessions. Il montait ce que vous jouiez après, mais pendant la session d’enregistrement, il vous faisait vous sentir apprécié et vous donnait une grande marge de manœuvre. Je n’ai jamais oublié cela. Maintenant, quand je dirige un groupe ou que j’enregistre quelqu’un, je fais tout mon possible pour le laisser jouer ce qu’il entend et je n’essaie pas de le surproduire… Vous faites le plus en tant que producteur en laissant les musiciens exprimer ce qu’ils souhaitent sans jamais projeter en eux ce que vous souhaiteriez pour eux.

Dans vos projets solo, Joseph vous avez abordé la question de la maladie de Parkinson, vous pouvez nous expliquer comment et pourquoi ?

Joseph Shabason : Ma mère a la maladie de Parkinson…. Je pense que je l’ai utilisée dans ma musique comme une forme de thérapie. J’ai travaillé sur beaucoup de sentiments concernant sa maladie en écrivant de la musique à ce sujet.

Dans une interview à la sortie de Aytche en 2017 , Joseph vous disiez de votre musique : “Pour la première fois depuis très longtemps, j’ai eu l’impression que la musique que je faisais était un instantané transparent de ce que je vivais dans ma vie, ce qui m’a soulagé plus qu’autre chose.” Je trouve que cela correspond totalement à Philadelphia, qu’en pensez-vous ?

Joseph Shabason : Je ne pourrais pas être plus d’accord. Les paroles étaient toutes de Nick, mais musicalement, je me sentais très lié à tout ce que nous écrivions ensemble.

Nicholas Krogvich, vous avez écrit tous les textes de Philadelphia, dans le communiqué de presse qui accompagne le disque, vous dites avoir utilisé la technique du « la première pensée, la meilleure ». Considérez-vous que c’est de l’acte spontané que sort une forme de réalité et donc de vérité créative ?

Nicholas Krogvich : ah ah je ne sais pas ! Peut-être ! Probablement ! Je n’ai pas fait exprès de faire quoi que ce soit d’une manière particulière, j’ai juste pris un peu de recul et j’ai fait ce qui me semblait bien et je n’ai pas vraiment réfléchi. Je dirais que, classiquement, je suis un peu trop réfléchi, alors c’était une bonne surprise de savoir que je peux raccrocher ça pendant un certain temps et être capable d’écrire et de chanter des choses qui me plaisent. Ce n’est pas une grosse surprise.

Etrangement, les arrangements superbes dans les choix orchestraux apportent un contraste comme un faire-valoir pour vos paroles à l’écriture simple, et apportent une forme de profondeur à l’ensemble. Qu’en pensez-vous ?

Nicholas Krogvich : Oui, je pense qu’à cause de ce qui se passait musicalement, j’avais l’impression de pouvoir m’en tirer avec un meurtre sur la feuille de paroles.

Si je vous dis qu’il y a quelque chose d’oriental dans votre approche du quotidien dans votre écriture, Nicholas, le comprenez-vous et pourquoi ?

Nicholas Krogvich : Mon amie Katy a dit un jour que le sens de la vie n’est que l’aboutissement d’un million de jours et de moments normaux, et que nous vivons ces moments normaux avec les gens que nous aimons. Je suis tout à fait d’accord avec cette idée et je pense qu’elle se retrouve dans l’écriture.

Si je vous dis Owen Ashworth (Casiotone For The Painfully Alone), cela vous évoque quoi Nicholas ?

Nicholas Krogvich : Cela me rappelle la première fois que je l’ai rencontré, quand j’avais probablement 18 ans. Nous avons joué ensemble à Vancouver et il m’a dit “Salut, je suis Owen”, puis j’ai dit “Owen, le nom le plus triste qui soit” et je me suis présenté. Nous sommes amis depuis !

Nicholas Krogvich : Il y aura un autre album de Shabason, Krgovich & Harris un jour.

Quand on fait une recherche vous concernant Nicholas, le nom qui revient systématiquement c’est celui de Phil Elvrum de Mount Eerie. Qu’y a-t-il de commun entre vos deux univers ?

Nicholas Krogvich : J’ai aussi rencontré Phil quand j’étais adolescent. Il vit à côté  de Vancouver, donc nous partageons la géographie du nord-ouest du Pacifique. Nous échangeons des blagues, et plus récemment, nous partageons un amour commun pour le shopping en ligne, pour les lampes vintage. Nous avons beaucoup tourné ensemble dans le passé et avons enregistré ensemble. C’est un grand ami.

Chris, des trois vous êtes le plus discret. Vous avez déjà collaboré avec Nicholas Krogvich au sein de P :Ano. Quelle serait votre identité musicale ?

Chris Harris : Je dirais qu’en ce moment, je n’ai pas vraiment d’identité, ce qui est le résultat d’un éloignement conscient de la musique et d’une réévaluation des choses pendant une grande partie des années 2010. J’ai joué avec Nick à de nombreuses reprises dans le passé, et dans Destroyer avec Joseph, donc Philadelphia a été pour moi une grande opportunité de me remettre à faire de la musique d’une manière plus publique avec deux personnes que j’aime et que je respecte.

Ce disque sera-t-il un projet unique ou souhaitez-vous poursuivre l’aventure au-delà de Philadelphia ?

Nicholas Krogvich : Je peux dire avec confiance qu’il y aura un autre album de Shabason, Krgovich & Harris un jour. Nous ferons probablement plus d’albums que les Young Marble Giants et beaucoup moins que les Rolling Stones.

Il serait difficile de ne pas évoquer cette reprise de Neil Young, Philadelphia qui donne son nom au disque. Pourquoi cette reprise ?

Joseph Shabason : Je l’ai suggéré aux gars parce que je l’ai toujours aimé et j’ai pensé que ce serait amusant d’essayer de rendre encore plus clairsemée une chanson qui était déjà très clairsemée. J’ai aussi pensé que cela conviendrait parfaitement à la voix de Nick.

Nicholas Krogvich : Oui. J’ai toujours aimé cette chanson et j’ai pensé qu’elle était si fortuite et aléatoire quand j’ai reçu un texte de Joseph disant “Serait-il fou d’en enregistrer une version pour l’album ? C’était un “Pourquoi pas ?” instantané de ma part. Je me souviens de l’avoir chantée, un peu en décalage horaire, en sirotant une bière et en m’amusant beaucoup, même si la teneur émotionnelle de la chanson est si lourde – elle est aussi si belle et réconfortante. Seul un maître comme Neil Young peut faire une telle chose.

Chris Harris : L’amour fraternel

Brian Eno qui est, du moins je le crois, une influence majeure dans votre travail disait de l’Ambient qu’il a contribué à créer : “Je faisais une musique qui était censée être comme de la peinture, dans le sens où elle est environnementale, sans la qualité narrative et épisodique habituelle de la musique. J’ai appelé cette musique Ambiant. Mais en même temps, j’essayais de faire en sorte que les arts visuels ressemblent davantage à de la musique.” Qu’en pensez-vous ?

Joseph Shabason : Je trouve ça beau et j’adore la musique de Brain Eno (Rires)

Nicholas Krogvich : En ce moment, j’ai The Pearl de Harold Budd et Brian Eno sur ma platine. J’aime Brian Eno. Il a des tas d'”idées” sur la musique qui sont intéressantes mais je ne considérerai jamais aucune d’entre elles comme une règle d’or ou un ticket d’entrée à quoi que ce soit. Mais il est cool !

Chris Harris : J’adore l’idée. Je suis vraiment fasciné par la forme compositionnelle en général, donc j’apprécie vraiment les différentes approches comme celle-ci.

Philadelphia est sorti le 18 septembre 2020 dernier chez Idee Fixe Records et fera partie des hauteurs des palmarès de ceux qui savent.