INITIALES S.G : “Du chant à la une !…” : Gainsbourg année zéro

Pour les 30 ans de la mort du grand Serge Gainsbourg. Ses 16 albums studios chroniqués par lui-même ou presque. On démarre avec Du chant à la une !… sorti en 1958 et enregistré avec Alain Goraguer et ses musiciens.

C’est sombre ici.

Ils me font peur ces gens.

Ils attendent quoi ? des chansons ? Ils s’en foutent.
Ils boivent des coups en draguant des minettes à chignons.

Toutes façons j’m’en fous. J’les connais les moqueurs.

Quoi mon pif ??!! Qu’est ce qu’elles ont mes oreilles ?? Elles t’emmerdent mes oreilles !!

T’ façons, ils me verront même pas dans ce cabaret enfumé. J’leur chante mes poèmes et j’me barre.

Ah ! Ils vont le regretter leur Luis Mariano à Châtelet, pour sûr !! J’les emmerde moi les chanteurs d’opérette moulés dans leur fuseau transparent.

Venir s’enfermer dans ce caveau puant ! Regarder ce grand con timide et transpirant.

Ça va les changer de leurs histoires d’amour heureuses et de leurs baisers dans le cou à la con à tous ceux-là.

Un mec qui fait des trous dans des billets et qui finit par un dernier trou dans sa vilaine caboche, ben tiens.
Du cynisme, des femmes prises pour ce qu’elles sont, et laissées pour ce qu’elles ne sont pas.
De l’alcool et de l’ existentialisme blasé façon rive gauche.
Des hommages à Ronsard et des gros mots.
Du Jazz et des yeux tristes.

On change d’époque !

Allez, bordel, j’me lance ! Ils me regardent même pas ces cons…Allez ! !

Mais putain, quelle idée la chanson ?? !!

J’aurais jamais dû quitter la peinture !!

Renaud ZBN