“Mauretania” de Chris Reynolds : ceci n’est pas un OVNI

Avec Chris Reynolds, auteur « le plus sous-estimé des vingt dernières années » selon certains, est peut-être née la BD de SF surréaliste. On pourra trouver cela au choix hermétique, perturbant, ou envoûtant. Ou les trois en même temps.

Mauretania – Chris Reynolds
© 2020 Tanibis

Dans un monde qui ressemble au nôtre, Monitor, personnage énigmatique portant toujours un casque, est investi d’une lourde mission : veiller à l’équilibre du monde en fermant les entreprises jugées néfastes. Car Monitor le sait bien, une civilisation extra-terrestre a pris le contrôle de la Terre. Ailleurs, un détective enquête sur des immeubles qui disparaissent du jour au lendemain…

Mauretania – Chris ReynoldsGrâce aux éditions Tanibis, Chris Reynolds, auteur britannique adulé de quelques initiés, est pour la première fois publié en version française. Mauretania, une traversée est une anthologie de 300 planches publiées initialement dans les années 1980-1990 au Royaume-Uni, qui avait été retenue dans la dernière sélection officielle du Festival d’Angoulême, dans la catégorie « Patrimoine ».

Si ce recueil d’histoires pour le moins étranges risque de dérouter les néophytes, il ne peut laisser indifférent. Pour beaucoup, la première réaction ira du « What the fuck » rigolard au scepticisme agacé. Et on peut le comprendre, car ce n’est pas ce qui se fait de plus accessible dans la bande dessinée. La meilleure façon d’aborder l’objet, pour les plus curieux, sera sans doute de lâcher prise et d’accepter le fait de ne pas tout comprendre. Mauretania est une œuvre particulière, certes, mais qu’il serait trop facile de jeter aux orties sans autre forme de procès. Si les aficionados considèrent Reynolds comme un génie, ça ne doit pas être sans raison.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que dès les premières pages, cet ouvrage produit d’emblée une certaine fascination. De plus, ces histoires courtes, qui se lisent rapidement, tiennent plus de la rêverie poétique que du pensum fastidieux. L’action — si l’on peut dire — se déroule dans une Angleterre provinciale qui ressemble à n’importe quel autre endroit sur Terre. L’univers intemporel de Reynolds s’inscrit dans un surréalisme imprégné de science-fiction des années 60, avec un héros récurrent et sans pouvoirs particuliers, Monitor, qui dissimule son visage sous un casque, tel un Daft Punk avant l’heure. On pourrait penser à La Quatrième Dimension si la narration était moins décousue, sans doute parce que selon son auteur, celle-ci passe au second plan. Les protagonistes semblent en effet aux prises avec des événements qui les dépassent, sans corrélation les uns avec les autres, et la linéarité apparente du récit s’entrechoque très souvent avec des déviations temporelles qui semblent dénuées de sens. Peut-être un miroir de notre monde que l’on voudrait cohérent mais qui parfois nous échappe dans sa marche aléatoire.

Dans Mauretania, les personnages sont des silhouettes lunaires qui se cherchent comme dans une partie de cache-cache métaphysique, dont on ne comprend pas les tenants et les aboutissants. Reynolds possède une mythologie bien à lui avec ses propres codes, dont il ne nous livre rien, renforçant l’aura de mystère entourant ce drôle de « récit » dont les textes sont à l’avenant. Mais l’auteur se moque bien de notre frustration, sa seule préoccupation étant peut-être de nous intriguer, et par extension de nous interroger. Il ne cherche pas non plus à nous éblouir par son dessin en noir et blanc, au trait gras, parfois peu lisible, lequel compense ses imperfections par un rendu graphique réussi, auquel participe l’omniprésence du gaufrier de neuf ou quatre cases aux contours épais, faisant contraste avec l’élasticité narrative.

Ainsi, il est assez difficile de dire si l’on a aimé Mauritania mais là, pas question d’émettre un jugement à l’emporte-pièce. Il y aura suffisamment de commentaires négatifs de la part de ceux qui ont pour habitude de rejeter ce qu’ils ne comprennent pas. Cette œuvre divisera, c’est certain, et donnera lieu à des avis tranchés. Faut-il être aussi perché que son auteur pour l’apprécier ? Faut-il être intello ou snob ? Le mieux est de découvrir soi-même cet ouvrage atypique, qui est plus une affaire de sensation que de compréhension. Et là, tout sera possible. Pour le dire simplement : on aimera ou on n’aimera pas !

Laurent Proudhon

Mauretania – Une traversée
Scénario & dessin : Chris Reynolds
Editeur : Tanibis
292 pages – 27 €
Parution : 19 juin 2020

Mauretania — présentation :