“Le serpent majuscule” : premier et dernier polar de Pierre Lemaître

Pierre Lemaître ressort des cartons Le serpent majuscule, un roman de 1985 jamais publié. L’occasion pour le lecteur de passer un agréable moment en compagnie d’un polar savoureux et cocasse dans lequel le style du Prix Goncourt 2013 commence déjà à se dessiner.

Pierre Lemaître © samuel kirszenbaum
Pierre Lemaître © samuel kirszenbaum

L’avantage lorsque l’on est devenu un auteur à succès, comme l’est aujourd’hui Pierre Lemaître après sa formidable trilogie Les enfants du désastre qui comprenait les romans Au revoir là-haut, Couleurs de l’incendie et Miroir de nos peines, c’est que l’on peut ressortir des tiroirs des manuscrits oubliés ou mis de côté et rencontrer encore une fois le succès. C’est le cas avec Le serpent majuscule, un polar écrit en 1985 et qui n’avait jamais été envoyé à un éditeur… Car avant d’écrire sa trilogie à succès, Pierre Lemaître était avant tout un auteur de polars, et l’on peut considérer que Le serpent majuscule était son premier… et son dernier… selon les dires de l’auteur en avant-propos du livre.

Pierre Lemaître - Le serpent majusculeL’histoire met en scène Mathilde, une veuve sexagénaire dont on sait peu de choses si ce n’est qu’elle est une ancienne résistante qui officie désormais comme tueuse à gages. Une fonctionnaire du crime irréprochable et sans états d’âme jusqu’au jour où elle commet sa première erreur qui va déclencher une suite d’événements imprévus. Et là voilà désormais coincée entre l’inspecteur Vassiliev qui mène l’enquête et son supérieur hiérarchique des services spéciaux, Maurice Quentin. Mais Mathilde a des ressources et de l’expérience ; et même si elle perd un peu la boule, celui qui voudrait la mettre à la retraite n’est pas encore né !

Même si ce roman date de 1985, une époque où l’on roulait en Renault 25 et où le téléphone portable et plein d’autres choses bien pratiques aujourd’hui n’existaient pas, on y décèle déjà le ton, l’humour et la science du récit d’un Pierre Lemaître au style déjà bien affirmé et affuté mais encore très perfectible… En tout cas, le Goncourt 2013 montre déjà dans ce récit un sacré talent pour imaginer une galerie de personnages hauts en couleurs dans une histoire rocambolesque et par moment assez jubilatoire.

Tout ça pour dire que l’on ne s’ennuie pas un seul instant à la lecture de ce petit polar très rythmé, plein de second degré et d’humour noir qui n’a jamais l’air de se prendre au sérieux. Une lecture détente et captivante en attendant la prochaine trilogie de Pierre Lemaître qui devrait avoir comme toile de fond les années 70.

Benoit RICHARD

Le Serpent majuscule
Roman de Pierre Lemaitre
Editeur : Albin Michel
336 pages – 20.90 €
Date de parution : 12 Mai 2021