5 + 5 = Les disques préférés de Misophone

Après quelques albums magnifiques parus entre 2007 et 2013, Misophone fait paraitre une compilation comprenant 11 titres de leur répertoire. L’occasion idéale pour (re)découvrir la musique sans égal de ce duo britannique aussi discret que talentueux.

misophone

Que ceux qui ne connaissent pas encore le groupe Misophone se précipitent sur la compilation And so Sinks the Sun on a Burning Sea sortie le 28 mai dernier sur Another Record qui rassemble des extraits de leurs albums parus entre  2007 et 2013, dans un style qui mélange des influences psyché-pop, music-hall victorien ou encore du folk venu d’Europe centrale ou orientale. En complément, voici une sélection de 10 albums favoris du duo…

5 disques du moment :

Ed Dowie – the obvious I

C’est un joli petit disque, d’une agréable simplicité, mais dont les mots se révèlent lentement à travers le brouillard choral qu’il crée. Il me rappelle étrangement l’Ange et le Soldat – un film d’animation sans paroles des années 80 – car il fait appel à quelque chose de légèrement nostalgique – comme la photo d’un couvre-lit à fleurs – mais ses paroles sont personnelles, interrogatives et adaptées aux problèmes d’aujourd’hui. La production est également très claire et directe.

Tele Novella – Merlynn Belle

Il nous a été signalé par l’étonnant phénomène pop qu’est Boysage et nous l’avons immédiatement aimé. Il a cette qualité crépitante et brumeuse qui donne à la beauté des chansons une brume onirique dans laquelle on peut s’asseoir. Ils le décrivent comme “des chansons pop médiévales à pièces de monnaie à travers une lentille de western des années 1950” – comment ne pas aimer ça ? La voix de Natalie Ribbons est un baume.

Yasmin Williams – urban driftwood

C’est un disque phénoménal ; je ne suis normalement pas attiré par la musique purement instrumentale mais celui-ci est si lyrique dans son expression – et si techniquement époustouflant qu’il nous a complètement accrochés. De plus, il y a, à l’intérieur, ces échos d’autres musiques qui vont et viennent de manière si transparente que l’ensemble respire la richesse. Il est dit ceci sur sa page bandcamp : “Avec ses techniques ambidextres et pédidextres, multi-instrumentales de sa propre fabrication et des influences allant des jeux vidéo aux griots d’Afrique de l’Ouest qui subvertissent le canon majoritairement masculin blanc de la guitare fingerstyle, Yasmin Williams est vraiment un guitariste du nouveau siècle.” Nous ne pourrions être plus d’accord !

MF Tomlinson – Strange Time

Il est apparu dans nos vies il y a environ un mois. Ce disque a un charme fou et une production très généreuse qui donne de la chair à ces petites chansons ironiques. C’est en partie un disque indéniablement ” verrouillé “, mais c’est aussi un album vraiment charmant – et avouons qu’il n’y a pas que Covid qui rend la vie ici étrange en ce moment. Il y a un croon langoureux et décontracté dans son discours qui nous rappelle parfois Adam Green ou Smog et les éclats opportuns de saxophone font parfaitement mouche.

Edmond S Bordeaux & Norma Jean Nilsson – Journey through a thousand meditations

Ce n’est pas un nouveau disque en tant que tel mais il est assez peu connu. Quelqu’un en a publié une photo il y a quelques mois et c’était merveilleux d’être ramené à cet incroyable petit artefact – une presse privée datant de 1965, enregistrée exclusivement avec un clavier Chamberlin à bande. C’est à la fois absurde et magique, beau et déroutant, et presque impossible à trouver en copie physique. Je me souviens qu’à l’âge de six ans, j’ai entendu Strawberry Fields pour la première fois et que j’ai continuellement et involontairement ramené l’aiguille au début après les premiers instants de mellotron, car le son était si merveilleusement étrange pour mon cerveau d’enfant. En écoutant ce disque, je ressens la même chose, mais sans la réprimande correspondante. Nous le recommandons vivement !

5 disques pour toujours :

Richard Dawson – Nothing Important

Pour moi, c’est un disque qui change la vie. Il réussit ce qui, à mon avis, est de plus en plus impossible. Il ne ressemble à rien d’autre. Je vais être honnête, la première fois que je l’ai écouté, je l’ai éteint. J’ai eu du mal à voir au-delà de la discorde. Puis quelques mois plus tard, je l’ai remis en marche et tout était parfaitement logique. Il y a cette phrase dans The Devil and Daniel Johnston où ce type dit qu’au début, quand on écoute sa musique, on n’entend que du bruit, mais qu’au bout d’un moment, on entend les Beatles, on entend toute la symphonie. Et c’est un peu ce que je ressentais à l’époque. Il y a cette mélodie incroyable au cœur de la musique – même si elle est parfois cassée – et des paroles (des deux côtés) qui sont tout simplement phénoménales. C’est un récit en tant que mémoire – en fait, il semble capturer la façon dont nous nous souvenons tous, mais il est aussi incroyablement riche en images et en symboles. Il y a des choses qui vous feront rire – je veux dire des paroles vraiment drôles – mais aussi des moments d’un impact émotionnel énorme. Elle fait souvent couler une larme. C’est – à nos yeux – un album parfait.

Zabelle Panosian – I am servant of your voice

La première fois que nous avons entendu Zabelle Panosian, c’était sur une compilation intitulée To What Strange Place – un excellent album d’ailleurs – mais sa voix se détachait du reste comme quelque chose de tellement étrange et magique. Cet album (également sur Canary Records – un label incroyable dont l’ensemble de la production vaut la peine d’être découvert) rassemble en un seul endroit quelques-unes de ses œuvres enregistrées très minimes, grâce aux efforts inlassables de Ian Nagoski, l’homme derrière le label. Toutes ces chansons valent la peine qu’on s’y plonge, mais c’est Groung – la première chanson que nous avons entendue d’elle – qui nous revient sans cesse. “Grue, d’où viens-tu ? Je suis le serviteur de ta voix. Grue, n’as-tu pas de nouvelles de notre pays ? Ne te hâte pas vers ton troupeau, tu arriveras bien assez tôt !” C’est le morceau de musique qui fait le plus froid dans le dos, qui soulève le plus l’âme et qui est sans doute le plus obsédant jamais été enregistré. Il vous arrête complètement, vous ne pouvez pas vous empêcher de tomber amoureux de sa voix.

Les Lautari de Clejani – Roumanie: Musique des Tsiganes de Valachie

Cet album est devenu un peu un Graal pour nous qui sommes tombés amoureux de la musique lautari de Roumanie il y a de nombreuses années, un style de musique rendu célèbre par les musiciens qui allaient devenir Taraf de Haidouks. Il s’agit de leur premier enregistrement – je crois – et il rassemble un éventail de chansons – airs de danse, chansons d’amour, chants épiques du répertoire de Clejani. On y trouve également, sur un morceau dirigé par Nicolae Neacsu, la technique de violon – a canta la fir de par – qui consiste à attacher un crin de cheval à la corde et à le faire glisser entre le pouce et le doigt. Cette technique ne ressemble à aucune d’autre – comme si la Terre s’ouvrait (une expression que Garth Cartwright a inventée, je crois) – et a été utilisée à merveille sur de nombreux albums ultérieurs des Haidouks – des albums dont l’existence même dépendait de cet enregistrement car c’est lui qui a encouragé le jeune promoteur musical belge de l’époque, Stephane Karo à partir à la recherche de ces incroyables musiciens et à former le groupe de brigands qui a conquis le monde. C’est un moment brillant qui a été capturé – une tradition ancienne mais toujours riche de vie, d’aspiration et de possibilités. Cette musique est toujours vivante aujourd’hui – Taraf de Caliu a enregistré un nouvel album cette année. C’est là que le monde au-delà du village a eu un premier aperçu de la magie qui s’y trouve. Un son merveilleux d’âmes en feu.

Daniel Johnston – Songs of Pain

Il fallait qu’il y ait un album de Daniel Johnston ici, mais il était difficile d’en choisir un seul. C’est là que tout a commencé pour nous et il contient des morceaux que nous ne cessons de réécouter (même si l’album Don’t be Scared vient juste après). C’est un album qui capture une grande partie de ce qui a fait de lui un auteur-compositeur si inspirant – ses influences ont été portées fièrement mais il ne pourrait être personne d’autre. J’adore la façon dont mille battements supplémentaires semblent être ajoutés à la barre des paroles d’une manière qui ne devrait pas fonctionner mais qui fonctionne absolument. C’est aussi la preuve qu’il était un excellent pianiste, malgré ce que les gens pouvaient dire de sa musique. C’est comme le début de la mythologie qu’il a créée autour de lui, cette étrange vision de la grandeur qu’il a manipulée et avec laquelle il a joué en grandissant. Et pour commencer un album, Grievances, quelle chanson !

Sibylle Baier- Colour Green

Nous l’avons découvert assez tard mais nous sommes incroyablement heureux de l’avoir trouvé. Il a ce phrasé merveilleux et étrange qui se produit lorsque l’anglais est chanté comme une deuxième langue – une collision de mots – une imagerie qui ne pourrait se produire d’aucune autre manière – non sans artifice évident. Il y a une profondeur et une précision merveilleuses dans sa voix aussi et c’est incroyablement visuel. C’est sensuellement riche d’une certaine manière on peut goûter l’air des lieux des chansons en les écoutant. Notre disque de confinement !

Misophone – And so Sinks the Sun on a Burning Sea
Another Record – 28 mai 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.