[HBO] Succession – saison 3 : d’Œdipe à Roy Logan, un père à tuer.

Troisième volet de la saga des richissimes Roy, troisième et très attendu jeu de massacre dans une fratrie fascinante de perversité et pour laquelle notre dégoût et notre empathie fonctionnent à plein régime : Succession impose encore son acuité, sa brillance et sa maestria.

Succession Saison 3
Brian Cox, Sarah Snook – |Copyright HBO

Sans dévoiler de spoilers, la suite de la série désormais phare de HBO se faisait attendre : deux ans que le monde sériel se languissait de voir ce qui allait advenir de la famille Roy, prise dans une tourmente aux allures freudiennes de fratricide lors d’un twist final assez hallucinant.

Succession Saison 3 AfficheDe fait, la mise en route de cette nouvelle saison s’avère un peu décevante : le coup d’éclat prétendu a bien lieu dès le premier épisode efficace, mais les suivants peinent à imposer un rythme et une tension propres à ce qui nous est d’habitude offert. Les affaires Roy sont toujours évoquées de manière pernicieuse, la dualité entre un père intouchable qui force le respect et l’envie irrépressible pour les enfants de l’éliminer, auxquels s’ajoutent cette fois-ci les conséquences névrotiques des acteurs de cette tragédie grecque : sentiments amoureux compliqués, désirs sexuels tordus ou simplement un besoin d’exister de quelque manière que ce soit dans un échiquier humain complexe, dominé par un patriarcat problématique.

Ces affres psychologiques sont parfaitement illustrées par les variations géniales autour du thème musical principal de Nicholas Britell, tantôt baroque tantôt romantique, qui colle parfaitement aux différents ressorts narratifs ou changements d’ambiance de la série, même si celle-ci semble parfois un peu s’émousser et manquer de surprises en milieu de saison.

On ne comprend qu’après coup – et après quelques épisodes – que les auteurs de Succession cherchent avant tout à distiller longuement un dernier tiers de saison absolument génial et déconcertant : un nouveau twist final, toujours aussi réussi, mais qui propose enfin une once d’espoir, ou disons un vraie mise en lumière des fondements d’une fratrie. Pour la première fois, certaines scènes montrent ce que pourrait vraiment être les Roy si le sens de la famille était mis à l’honneur. Ou le respect que chacun doit à ses frères et sœurs ou ses parents. Dans un décor italien chaud et fin d’été qui tranche avec les froideurs des buildings de la Waystar RoyCo (que dirige la famille), les dernières séquences de la saison – bien trop rapide tant elle finit de manière savoureuse – sont parmi les plus fortes, acérées et magistrales qu’on ait pu voir depuis la création de Succession. Comme si, au final, les scénaristes avaient engendré une impatience telle chez le téléspectateur qu’il ressort exsangue d’un final que l’on imaginait vraiment pas – et qui du coup rebat à nouveau les cartes perverses d’une quatrième saison probable. Et probablement encore plus retorse.

Bref, aussi malin que magistral. Comme les personnages de la série.

Jean-François Lahorgue

Succession – Saison 3
Série US de Jesse Armstrong (HBO)
Avec : Brian Cox, Jeremy Strong, Sarah Snook
9 épisodes de 60 minutes
Mis en ligne (OCS) de novembre à décembre 2021

[HBO] Succession : famille, je vous hais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.