November Ultra – Bedroom Walls : la voix de la guérison

C’est dans sa chambre parisienne que November Ultra a composé Bedroom Walls. Un album en forme d’invitation à partager ses états d’âme sans filtre, porté par une  voix qu’elle utilise comme un instrument.

november-ultra-photo
© Pauline Darley

Cela fait déjà quelques mois que l’artiste distille ses singles sur la toile, et son nom ne nous est plus tout à fait inconnu désormais. Après avoir collaboré avec une liste impressionnante d’artistes (Jaden  Smith,  Claire  Laffut,  Terrenoire,  Kungs,  Anna  Majidson,  Barbara  Pravi,  Ali-cia), Novembre Ultra a eu la bonne idée de mettre son talent a son propre profit, et propose une collection de 11 pastilles de douceur, bonbons acidulés, shots de tendresse, cataplasme de résilience, regroupées sur son premier album solo, à déguster sans modération aucune.

November-Ultra-Bedroom-WallsSouvenez-vous, en 2004, les sœurs Bianca et Sierra Casady, aka Cocorosie, nous régalaient d’un premier album intitulé La maison de mon rêve, en français dans le texte, bricolé à la maison, dans leur chambre à coucher. Depuis, ce style a fait ses preuves et généré des émules, car il confère un caractère exclusif à la relation Artiste/public, permettant à l’interprète de susurrer directement à l’oreille de son auditoire.

C’est dans cet esprit de lien étroit que l’album Bedroom Walls a été composé entre les quatre murs de la chambre parisienne de November Ultra, écrin créatif, bulle fertile, refuge protecteur. Il est empreint de cette atmosphère ouatée et cotonneuse, marque de fabrique de l’artiste, qui chante ses moments lumineux et remplis d’amour mais aussi ses passages plus sombres. Ce disque est comme une invitation à plonger dans les confidences de son journal intime et à partager ses états d’âme sans filtre, le tout véhiculé par une voix qui transcende le propos, voix qu’elle utilise comme un instrument et qu’elle maîtrise aussi bien dans les graves que dans les tons plus aigus, et qui constitue un véritable vecteur d’émotions. On peut entendre les chuchotements, les hésitations, les murmures et jusqu’aux silences. Sa force réside dans sa propension à susurrer des histoires à l’oreille de son auditeur, lui conférant les pouvoirs apaisants et chamaniques d’une grande sœur des temps modernes.

Formée dès son plus jeune âge au chant et au piano de manière classique, November Ultra a dû se départir du côté scolaire, afin de trouver son style et de composer librement. Ayant par le passé officié dans le domaine du doublage de contenus audiovisuels, November Ultra est également trilingue depuis son plus jeune âge. L’album est d’ailleurs placé sous le signe de ce triangle linguistique, et chaque langue employée revêt une symbolique toute particulière : l’anglais lui confère un sentiment de sécurité “J’y suis vraiment à l’aise, c’est là que je me sens en sécurité, plus constante et en phase avec qui je suis”. Elle entretient avec l’espagnol un rapport plus viscéral, du fait que cette langue la renvoie directement à ses racines et à son rapport privilégié avec son grand-père, alors que le français, qu’elle emploie plus rarement sur l’album, la rend plus vulnérable, mais lui permet néanmoins d’illuminer certains de ses propos.

Miel aborde le sujet difficile du choix de faire un enfant, le bon timing, les répercussions sur le couple.
Sur Soft&Tender, en forme de berceuse apaisante, l’artiste pose ces mots « There’s a million things I want, But there’s one thing that I need, It’s to see your face tonight when I’m dreaming. There’s a million things I want, But you’re the one thing that I need, I gotta see your face tomorrow when I’m waking ». Comment faire plus belle déclaration ?
Le Manège, titre dont la production est plus riche, nous entraîne dans une danse tourbillonnante et relate une histoire d’amour en boucle, qui n’en finit pas.

Adepte de ce qu’elle appelle l’Ultra Life, Novembre Ultra a décidé de vivre pleinement et sans retenue et déclare à ce titre “Il s’agit juste d’explorer tout ce qu’il y a autour de soi, les sorties, les gens, tomber amoureuse, ressentir tous ces sentiments”
Il est vivement conseillé de la suivre sur son compte INSTAGRAM. Elle y partage des covers savoureuses, souvent improvisées sur le moment, toujours dans cet esprit de proximité et d’intimité.
A noter également que November Ultra apparaît sur le titre Rosewater, en featuring sur l’excellent nouvel album de Mélissa Laveaux, Mama Forgot Her Name Was Miracle, marquant la rencontre de deux univers hyper compatibles.

Lors de son passage récent dans l’émission Boomerang d’Augustin Trapenard sur France Inter, l’intéressée déclare : “Apaiser l’autre par la voix, c’est déjà s’apaiser soi-même”. Alors, un conseil, faites-vous plaisir, offrez-vous un moment hors du temps, un sédatif bio, laissez-vous flotter et dorloter par la voix ultra rassurante de November Ultra.

November Ultra – Bedroom Walls
Label : Hollywood Summer Records
Date de sortie : 8 avril 2022