« L’Homme qui corrompit Hadleyburg » : quand la cupidité rend fou

Wander Antunes De Souza adapte un roman de Mark Twain méconnu en France, une violente critique de la bourgeoisie, à lire et à méditer !

L'Homme qui corrompit Hadleyburg - Wander Antunes
© 2022 La Boîte à Bulles / Antunes

L’immense Mark Twain (1835-1910) est réduit, par ceux qui n’ont probablement pas lu attentivement Les Aventures de Tom Sawyer (1876) et de Huckleberry Finn (1884), à la stature d’auteur de livres humoristique pour enfants. C’est doublement injuste. D’abord pour la littérature enfantine, qui de Bilbo le Hobbit à L’Appel de la forêt, du Petit Prince à L’Île au trésor, a accouché d’authentiques chefs-d’œuvre ; ensuite pour le lucide pessimisme qui imprègne l’œuvre de Twain.

L'Homme qui corrompit Hadleyburg - Wander Antunes Nous sommes en 1899. Mark Twain est en colère. Malgré un succès croissant, il accumule les dettes et ne supporte plus l’hypocrisie puritaine et l’inaltérable bonne conscience de la bourgeoisie américaine. N’irritez pas un écrivain, sa vengeance peut être terrible. La sienne va s’incarner dans le court et tranchant roman qu’adapte Wander Antunes.

Un inconnu a été maltraité par les notables de Hadleyburg, la cité la « plus honnête du pays ». Il a pris le temps d’ourdir sa vengeance. Elle prend la forme d’une fortune en pièces d’or offerte au mystérieux bienfaiteur qui lui aurait, jadis, sauvé la vie. Ce dernier se fera reconnaître en fournissant un détail, que lui seul peut connaître. Or, pour faire valoir leur droit, pas moins de dix-huit notables vont se présenter et se déchirer en séance publique. Si Wander Antunes a cru bon d’accueillir nos vieux amis Huckleberry et Tom, qui apportent une sympathique touche de jeunesse, il respecte la lente montée aux extrêmes du texte qui aboutit sur la terrifiante scène où vieilles haines, jalousies rances et mensonges outranciers se dévoilent au sein même de l’église du malheureux pasteur.

Le dessin est original. Le trait vif est appuyé par des aplats de couleurs froides. La précision et le charme des décors ont tôt fait de nous immerger dans l’histoire. Au fil des pages, l’encrage s’épaissit, soulignant la méchanceté des personnages et l’exacerbation des passions. L’appât du gain déforme les visages, dévoilant leur avidité cachée. Manifestement, l’argent corrompt…

Il n’est que temps pour Tom et Huckleberry de quitter la cité maudite et de reprendre la route.

Stéphane de Boysson

L’Homme qui corrompit Hadleyburg
Scénario : Wander Antunes De Souza, adaptant Mark Twain
Dessin : Wander Antunes De Souza
Éditeur : La Boite à Bulles
88 pages – 19 €
17 août 2022

L’Homme qui corrompit Hadleyburg — Extrait :

L'Homme qui corrompit Hadleyburg - Wander Antunes
© 2022 La Boîte à Bulles / Antunes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.