« Monstera » de Simon Roure : notre corps et nous…

Le deuxième roman graphique de Simon Roure, Monstera, nous parle peut-être de lui, mais surtout de nous : de nos contradictions par rapport aux différentes injonctions que nous subissons du fait de vivre dans notre société, et, en premier lieu, de notre rapport à notre corps. C’est ambitieux, et c’est passionnant.

Monstera Image
© 2024 Virages graphiques / Roure

Savez-vous ce qu’est une « Monstera » : personnellement, n’ayant guère la main verte, je l’ignorais avant de lire le second roman graphique de Simon Roure (après Hors Cadre, publié il y a seulement quelques mois). La « Monstera » est une plante à larges feuilles, portant des découpes typiques : originaire des régions chaudes des Amériques, c’est en réalité une liane qui s’accroche pour croître aux arbres. Je vous laisserais la liberté d’imaginer le rapport avec l’histoire de Gabriel et Lina, une fois terminée la lecture de Monstera : l’aspect artificiel, « plastique » de la plante renvoyant à nos vies qui perdent de plus en plus leur réalité ? leur capacité à survivre en parasitant leur environnement symbolisant la tendance de Gabriel à profiter de ce qui l’entoure, même sans le vouloir réellement ?

Monstera couvertureCar Monstera est l’histoire de Gabriel, un très jeune homme ordinaire, plutôt paresseux, préférant faire du « longboard » sur les quais de Seine plutôt que d’affronter la vie « sérieuse » qu’on attend de lui. Il rencontre Lina via une appli de rencontres, et il y a un « match » évident entre eux, quasiment un coup de foudre, qui les amène à  se mettre rapidement en couple. Mais en parallèle, Gabriel est repéré par un agent pour son potentiel de « mannequin ». C’est une toute nouvelle vie qui s’offre à lui : une vie de rêve où l’argent n’est plus un souci, où la célébrité est à portée de la main… Sauf qu’il y a un prix à payer, c’est celui de la nécessité de maintenir un corps parfait pour répondre au diktat du look idéal qu’on exige de lui. Et derrière ces contraintes, il y a d’autres dangers, plus graves, que Gabriel va découvrir…

Simon Roure aborde dans son beau récit – qu’on nous présente comme une « autofiction », sans que nous sachions d’ailleurs quelle est la partie « autobiographique » de l’histoire, et sans que ça ait véritablement de l’importance – pas mal de thèmes plutôt graves : ceux qui attendent de l’humour comme dans Hors Cadre seront surpris par le sérieux, voire le tragique qui transparaît peu à peu derrière des situations quasiment ordinaires. Monstera nous interroge doucement, subtilement, sur les décisions morales, éthiques, politiques que nous prenons au quotidien, soit pour survivre dans une société brutale, soit pour simplement répondre docilement à une multitude d’injonctions qui nous sont faites quotidiennement. Et sur notre capacité à tout simplement regarder l’autre, même et surtout quand il s’agit de la personne aimée, alors que nous sommes nous mêmes perdus dans le labyrinthe de nos contradictions. Au centre de Monstera, il y a notre corps, aimé, admiré ou haï, suivant qu’il corresponde ou non aux critères de beauté dominants. Et il y a la manière dont nous pouvons utiliser ce corps : face à la violence, face à l’amour. Et finalement, il y a les choix que nous ne pouvons pas éviter de faire.

Un programme diablement ambitieux donc pour un livre qui est l’un des plus justes et des plus « contemporains » que l’on ait lus récemment. Ce récit subtil et complexe est servi par une narration qui prend son temps, dont l’élégance permet de véhiculer beaucoup de non-dits (et par là-même, de faire surgir des moments d’émotion inattendus). Et par un dessin élégant, rehaussé par une colorisation monochrome, en bleu (comme pour Hors Cadre, mais dans une tonalité différente…).

Monstera positionne donc Simon Roure comme un nouvel auteur de BD potentiellement important. A suivre…

Eric Debarnot

Monstera
Textes et dessins : Simon Roure
Éditeur : Virages graphiques
208 pages – 23 €
Date de parution : 3 avril 2024

Monstera – extrait :

Monstera Extrait
© 2024 Virages graphiques / Roure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.