Vandaveer – Divide & Conquer

Vandaveer___Divide___Conquer.JPGQuatuor éparpillé aux États-Unis, The Apparitions avait été ma révélation indie-rock de 2006 (et mon 8è album de l’année). Un disque complètement et honteusement passé inaperçu. Et pourtant, enlevé, tubesque, avec de vraies chansons, aux voix et guitares attachantes, aux balades bien torchées et mémorables (She Burned Out Their Eyes dans son genre était mémorable), ‘As This Is Futuristic’ était – et reste – un disque d’une très grande qualité. Je pensais que s’il arrivait en France, il écraserait tout sur son passage. Cela n’a malheureusement pas été le cas – mais je me défendrai en disant qu’il n’a pas trouvé de distributeur hexagonal, ni même européen si j’ai bien suivi; Non mais.

Mais, me diras-tu coquin de lecteur, « pourquoi nous parle t-il de The Apparitions alors qu’il a nommé son article « Vandaveer »? ». Bonne et perspicace question l’ami. Tout simplement parce qu’une des deux voix de ce groupe s’est lancée depuis 2007 dans une carrière solo (même si elle reste bien entourée), sous le nom de Vandaveer. Loin du rock et de la pop échevelée de son ancienne formation, Mark Charles Heidinger (son vrai nom) se plonge dans une musique folk et plus acoustique. En résulte un premier album assez sublime, dont la blogosphère se fait l’écho, †˜Grace & Speed’.

Deux ans plus tard, et pour le moment uniquement en Europe, le voilà  de retour avec †˜Divide & Conquer.’. Un album qui démarre par une pièce de monnaie qui roule sur elle-même avant de finir à  plat. Une rythmique lourde et une note de piano répétitive prennent la suite. Et la voix de Vandaveer apparaît, vite rejoint par celle de Rose Guerin. Et l’affaire semble entendue.

Elle l’est, le reste de l’album confirmant rapidement l’impression de ce Fistful of Swoon: †˜Divide & Conquer.’ enchaîne les élans mélodiques susurrés, les douceurs simples, les balades plus travaillées et les harmonies touchantes. Un petit travail d’orfèvre où la voix de Vandaveer y est pour beaucoup, tant elle évoque la rencontre entre celle de Tom McRae et de Chris Martin, pleine de douceur et de force avec ce grain si particulier.

Mélangeant tour à  tour guitare électrique, piano, clarinette, guitare folk, ukulélé et clappings éparses, †˜Divide & Conquer.’ reste toutefois et avant tout un disque inspiré par le folk. D.’ailleurs, Beverly Cleary’s 115th Dream, la chanson qui clôt ce petit bonheur d’album, semble rendre hommage au grand Bob et son Bob Dylan’s 115th Dream. Musicalement, les deux morceaux n’ont rien à  voir, certes. Mais entre le titre et les paroles qui évoquent une certaine Ramona (dont le Zim avait chanté les louanges en 1964), il est difficile de penser que ce n’est qu’une coîncidence.

De toutes façons, coîncidence ou pas, hommage discret ou non, †˜Divide & Conquer.’ reste un très beau disque, à  la durée parfait (42.’), où mélodies lunaires se frottent à  des harmonies célestes. Un second bijou à  saluer, qui plus est venant d’un homme capable de passer d’un indie-rock des plus efficaces à  un folk racé en un claquement de doigt. Plus qu’une apparition, plus qu’une révélation, ‘Divide & Conquer’ est une confirmation.

Olivier Combes

4_5.gif

Tracklist:
01. Fistful of Swoon
02. Woolgathering
03. A Mighty Leviathan of Old
04. Turpentine
05. Divide & Conquer
06. Resurrection Mary
07. Before the Great War
08. Long Lost Cause
09. The Sound & the Fury
10. Beverly Cleary’s 115th Dream

Sortie: 6 avril 2009
Label: Alter K

Plus+:
L’espace myspace
Le site officiel
Deux titres en écoute ici
Les vidéos via Google

Le clip de Fistful of Swoon via Youtube:

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *