La tête en l’air (Rides), de Paco Roca

Au moment ou sort au cinéma le film d’animation La Tête en l’air, Delcourt a la bonne idée de ressortir la version originale, soit la bande dessinée de l’espagnol Paco Roca, parue en 2007 sous le nom de »Rides ».

Ernest est âgé, et il perd un peu la mémoire. Oh, rien de grave, il a toujours la forme, mais il lui est conseillé de ne plus vivre seul, au cas où »et sa famille ne peut pas s’occuper de lui. Alors, c’est la maison de retraite qui l’accueille malgré lui. Il y rencontre Emile, Georgette, Marcel et tous les autres pensionnaires de cette nouvelle demeure à  laquelle il va vite s’habituer. Mais la mémoire flanche de plus en plus, Ernest oublie, Ernest s’oublie, Alzheimer s’affirme davantage et ne va plus le quitter. Alors, Ernest a peur. Peur d’intégrer le premier étage de la résidence, réservée aux  » assistés  » très malades, peur de se perdre et de plus être en pleine possession de ses moyens, peur de disparaître »

Paco Roca s’est aventuré dans un terrain peu foulé dans l’univers de la bande dessinée : la vieillesse, la maladie, et la mort naturelle. Pari louable, risqué aussi, car il semble si difficile de traiter ce sujet de manière simple, sans pathos ni larmes, sans en rajouter. A l’inverse, le résultat est surprenant : les couleurs automnales, douces et chaudes servies par un trait assez épais rendent l’histoire feutrée, mélancolique sans tomber dans la mièvrerie. l’auteur s’est fortement inspiré des personnes âgées qu’il a côtoyées dans son enfance et son adolescence, des témoignages de proches de ses amis, ou de seniors rencontrés dans des maisons de retraite. D.’où cette véracité de propos très touchants, et qui confère au projet une belle sensibilité.

« Rides » parle de la maladie d’Alzheimer, et de nombreuses autres qui surviennent à  cette période de l’existence, mais Rides parle surtout de la vie : celle qui n’est absolument pas terminée lorsqu’on entre dans ces résidences, celle qui démarre même, dans ces lieux souvent jugés lugubres : nouvelles rencontres, nouvelles amitiés, consolidations d’amours naissantes ou éternelles, bêtises et facéties pour des grands mômes »
Mais, comme chacun sait, tout a une fin. Et celle de cet ouvrage est particulièrement émouvante : le dessin se floute, les cases disparaissent, les pages blanchissent au fur et à  mesure que la Grande Faucheuse s’avance vers les condamnés qui savent leur disparition proche et inéluctable. Et la gorge de se serrer, une fois le livre terminé : à  l’instar de Jacques Brel, Paco Roca offre un très bel hommage aux  » Vieux « .

Jean-François Lahorgue

4_5.gif

La tête en l’air – Réédition (Rides)
Texte & Dessin : Paco Roca
Editeur : Delcourt/coll. Mirages
112pages – 14.20 euros
Publication : janvier 2013

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *