Moonlight – Barry Jenkins

Couvert de louanges, plébiscité aux prochains Oscars et adapté d’une pièce de théâtre d’un jeune auteur inconnu, une œuvre pudique et frémissante sur un homme qui s’est construit dans le déni, la colère et l’artifice.

moonlight-image-barry-jenkins

Au clair de lune, les garçons noirs paraissent bleu, et dans les nuits orange aussi, quand ils marchent ou quand ils s’embrassent. C’est de là que vient, de là que bat le cœur de Moonlight, dans le paraître, au clair de lune ou n’importe où, partout, ailleurs. Dans celui que l’on donne à voir, dans celui que l’on se donne à être. Qui est Chiron ? Un enfant, Little, se cachant des autres, et préférant la danse au football… Un adolescent, Chiron, subissant des brimades parce qu’il est « différent », et fuyant cette mère toxicomane qui l’aime à sa façon… Un homme, Black, devenu gangsta viril, en lutte contre ses démons…

moonlight-affiche-barry-jenkinsBarry Jenkins, adaptant une pièce de théâtre de jeunesse de Tarell Alvin McCraney, retrace trois instants, observe trois mouvements de la vie de Chiron et les événements qui participeront à la construction d’un autre Chiron, d’une façade, d’une armure, un bloc. Si les mots de Juan, son père de substitution (quand le vrai n’est qu’un abîme, une absence), résonnent d’abord comme un lieu commun (« Un jour, tu devras choisir qui tu as envie d’être »), ce sont pourtant ces mots qui prendront tout leur sens (et leur nécessité) quand Chiron devra admettre qui il est vraiment (la scène finale dans la cuisine, bouleversante).

Qui est Chiron ? Dans ce quartier difficile de Liberty City, à Miami, dans lequel il vit entre trafics de drogue et violence du quotidien, chez lui, à l’école, dans la rue, et là, au milieu du chaos, Chiron a grandi sans être à sa place ni totalement lui-même (être noir et gay dans une société qui rejette, volontiers, ces deux identités), sinon avec la seule éventualité de devenir un autre, mais dans cette éventualité subsisterait cet instant avec Kevin, unique au milieu du chaos, quand ils échangèrent caresses et baiser… Cet instant qui va rester, le hanter, le travailler en secret malgré les années, la prison et la transformation physique. Et qu’une simple chanson, passée un soir sur un jukebox, suffira à raviver, pour tous les deux.

Frémissant toujours, palpitant aussi, d’une pudeur et d’une justesse rares (et si, parfois, le film s’oublie dans un côté un peu tire-larmes, principalement dans les scènes avec la mère, alors ce n’est pas très grave), osant quelques ferveurs oniriques que renforcent les superbes musique de Nicholas Britell et photographie de James Laxton, Moonlight sourde d’une sensibilité à fleur de peau portée par trois comédiens remarquables (Alex R. Hibbert, Ashton Sanders et Trevante Rhodes) magnifiant chacun, à leur façon, mutisme et souffrances de Chiron. Dans un enfant au visage triste. Dans cet adolescent au regard fermé. Dans cet homme au corps changé, ultra masculinisé, coulé dans les canons du ghetto, l’archétype du dealer.

Le film, s’il se base sur l’homosexualité de Chiron (signifiée sans être appuyée ou directement évoquée), est d’abord un film sur la construction de soi par le déni, par la colère, par l’artifice, et ce jusqu’à la rupture. Et parce que derrière les muscles, derrière la chaîne et les dents en or qui brillent, derrière cet air dur qu’il s’est forgé à force d’abnégation de sa propre nature, Chiron est resté ce petit garçon qui voudrait comprendre ce que veut dire « faggot« , ce garçon qui croit savoir ce qu’il est et qui en a peur, et puis cet homme qui pleure encore devant sa mère, cet homme genre transi quand son « premier amour » l’appelle, dix ans après, et ce garçon encore quand, face à la mer, il se retourne et nous regarde soudain. Chiron est ce garçon. Ce garçon bleu au clair de lune.

Michaël Pigé

Moonlight
Film américain réalisé par Barry Jenkins
Avec Alex R. Hibbert, Ashton Sanders, Trevante Rhodes…
Genre : Drame
Durée : 1h51min
Date de sortie : 1er février 2017

One thought on “Moonlight – Barry Jenkins

  1. Un film subtil et magnifique qui m’a hanté longtemps après la séance… et oui, la scène finale est réellement bouleversante. Un oscar amplement mérité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *