One, two, three, four, Ramones ! – Cadène, Bétaucourt et Cartier

Les Ramones racontés en bande dessinée, pour revivre l’aventure du mouvement Punk à travers à l’histoire d’un groupe sacrément barré.

One, two, three, four, Ramones!

A la fin des années 70, le punk débarque à Londres, à New York et un peu partout dans le monde. Une vague de rockers déjantés en mode « No Future » crient leur haine de la société avec des musiques et des attitudes qui viennent aussi en réaction au courant psychédélique et progressif qu’ils détestent. Un seul objectif pour eux : faire le maximum bruit avec un minimum de savoir-faire. Les Clash, les Sex Pistols et les Ramones en sont les têtes de gondole. Un courant qui fera le bonheur des ados rebelles de toute une génération et qui donnera naissance à quelques légendes encore bien vivaces aujourd’hui.

One, two, three, four, Ramones! - FuturopolisXavier Bétaucourt, Bruno Cadène et Éric Cartier ont décidé de se pencher sur le cas des Ramones et plus particulièrement sur celui Dee-Dee Ramone, bassiste, compositeur et vrai faux leader d’un groupe de têtes brûlées qui ont brûlé la chandelle par les deux bouts et qui, pour la plupart, n’ont pas fait de vieux os après des années d’excès en tout genre.

Le livre démarre avec l’enfance de Dee Dee. Père militaire violent, mère alcoolique, Dee Dee ne tarde pas à sombrer dans la drogue mais parvient tout de même à s’intéresser à la musique. Il décide de prendre le nom de Ramone en hommage au personnage de « Paul Ramon » imaginé par Paul Mac Cartney au début de sa carrière. Après quelques années de galère, le groupe finit par connaître le succès, d’abord principalement à Londres et ensuite dans le monde entier.
C’est donc l’aventure musicale de ces quatre fameux déglingos que nous racontent Cadène, Bétaucourt et Cartier dans un livre bourré d’anecdotes, de celles qui ont fait la Légende des Ramones, dans la grande tradition de ces groupes qui n’ont pas toujours su gérer la pression, les problèmes d’égo, la drogue, l’alcool, les disputes incessantes, le succès, les femmes… 10 avant l’arrivée de Nirvana et Kurt Cobain… un punk lui aussi dans son genre.

Les vieux fans du groupe, ceux qui connu la courte mais intense période du Punk liront cette BD avec une certaine nostalgie. Les autres découvriront une époque, un univers où même chez les punks on soignait son look (basket, Jeans troué et perfecto obligatoire chez les Ramones !)… mais où l’on ne gérait pas grand-chose à côté.

Une jolie réussite que ce livre, dans un dessin noir et blanc charbonneux, réaliste et très soigné, qui se lira d’une traite. Malgré un format et un style assez classique, la BD réussit parfaitement restituer la folie furieuse qui régnait au sein du groupe et en dehors et à nous faire revivre, comme dans un documentaire, ce bon gros morceau d’histoire du Rock qu’est l’histoire des Ramones.

Benoit RICHARD

One, two, three, four, Ramones
Scénario : Bruno Cadène et Xavier Bétaucourt
Dessin : Éric Cartier
Editeur Futuropolis
96 pages N&B – 20 €
Parution : 8 juin 2017

One, two, three, four, Ramones !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *