DBFC – Jenks

Jouissant d’une excellente réputation de groupe de scène et avec un seul maxi 45t à leur actif – l’excellent Leave Me Alone – les DBFC sortent leur premier format long, au grand dam de nos guiboles.

DBFC photo 2017
© Jacob Khrist

Les intrépides ne sont pas légions, ceux qui osent braver les guitares avec des beats House, des basses avec des séquenceurs, le tout sous divines influences vocales.
Fondé en 2013 par le Dj parisien Dombrance et le britannique David Shaw, DBFC pose ses riffs rock sur des bases Electro. Ok, la route avait été balisée en France par quelques conquérants fous comme Rinôçérôse ou Ultra Orange. Mais à la différence de ces derniers, DBFC ne se contente pas de juxtaposer deux styles mais les mélangent, les triturent et les mixent ensemble. Toujours à la recherche du bon équilibre. Pour les compositions, c’est du côté des Dandy Warhols qu’il faut aller chercher quelques similitudes. Cette même manière à rendre le rock évident à travers des textures qui ne le sont pas.

DBFC - jenks cover album 2017Convainquant sur les titres les plus électroniques, car au final l’électro rock, c’est toujours mieux que le rock électro, DBFC applique les recettes de la musique dite de clubbing.
Automatic repose sur une approche très Dance tout en maitrise stylistique, relance le groove quant il le faut, et gère la retenue avec bonheur. New Life  vient confirmer que New Order est une autre influence du groupe, qui se définit lui-même comme un « Club ambulant ». Le clin d’œil du refrain au « Blue Monday » justifie le déhanchement béat.
Jenks et Bad River rappellent que DBFC sait d’où il vient, un peu comme Alan Vega. Le très disco Disco Coco ou le krautrock de The Ride se contentent du pilotage automatique et s’avèrent prévisibles.

Le quatuor, sur scène, convainc plus lorsqu’il avance vers des ambiances plus atmosphériques comme sur In The Car et The Rest Of The World.

Jenks sonne donc comme la bande son  parfaite d’un Warm Up. Avec de très bons moments, pour finir la nuit dans une Warhouse.

Marmillot Mathieu

DBFC: Jerk
Labels : Different Recordings / [PIAS] / HMS
Sortie : 02 juin 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *