Les Furies – Lauren Groff

Les Furies, désigné roman de l’année 2015 par Barack Obama. Il n’en fallait pas plus pour créer un phénomène littéraire. Traduit en français cette année seulement, cette épopée sentimentale et décadente est enivrante.

Lotto aime Mathilde. Mais Mathilde aime-t-elle Lotto ? Et puis Lotto aime-t-il vraiment Mathilde ? C’est deux-là se marient sur un coup de tête. Ou plutôt comme un défi. Du style “cap ou pas cap” ? Alors pour défier la vie, ils l’ont fait. Ils se sont unis pour toujours. Malgré les tempêtes, les naufrages, les vagues submersibles, Lotto et Mathilde ont traversé leur houleux mariage avec abnégation et bravoure.

Lotto est cassant, changeant mais aussi touchant. Mathilde est dévouée, aimante et indispensable. L’est-elle vraiment ? Ou manipule-t-elle son monde avec minutie ? Toute la première partie du livre pose la question sans cesse. Il faut dire que le titre Les Furies n’aide pas à penser que Mathilde serait la gentille épouse qu’elle prétend être. Faut-il rappeler que les furies, ce sont les divinités infernales chargées d’exécuter sur les coupables la sentence des juges. Elles doivent leur nom à la fureur qu’elles inspirent. Mathilde serait-elle Tisiphone s’armant de son fouet vengeur pour frapper et insulter ? Ou bien Mégère, attisant querelles et disputes parmi les hommes ? Ou encore Alecton, tourmentant sans relâche ? Aux Furies, on oppose inéluctablement les Bienveillantes. Mathilde, furie ou bienveillante alors ?

C’est dans la seconde partie du roman que la réponse s’insinue. Impossible de vous dévoiler ici l’intrigue finale, tant elle donne une épaisseur inattendue à cette histoire qui pourrait, sans cela, être d’une banalité atterrante. Mais Lauren Groff est une remarquable romancière. Ses phrases percutent les évidences. Ses mots entrechoquent les faits. Toujours sur le fil, le lecteur suit les méandres de la pensée de Lotto, puis dans la seconde moitié du récit, de Mathilde. Ou comment les protagonistes d’une même vie peuvent se raconter leurs propres histoires. Mener une vie conjointe mais aux antipodes. Et si celui qui pensait mener sa barque avec brio et talent n’était pas si libre que cela ? Et si celle qui semblait dévouée était plus forte et culottée. Et si derrière chaque grand homme se cachait une femme de talent ? Ce roman de Lauren Groff est résolument féministe offrant une vision moderne du couple. Le mariage est un assemblage de deux individus. Bien loin de ne faire qu’un, ils essayent de composer à deux. À trois, c’est au moins un de trop… Dans tous les cas, il s’agit d’un pari sur la vie. Plus la mise est élevée, plus le risque est grand. Et le tiercé n’est jamais gagnant !

Delphine Blanchard

Les Furies
Lauren Groff
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau.
Éditions de l’Olivier
430 pages 23,50 €
Date de parution : janvier 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *