Alex Lahey – I Love You Like a Brother

Imaginez un mélange entre Bethany Cosentino de Best Coast et Courtney Barnett. Touillez bien et vous obtiendrez Alex Lahey qui nous présente son premier album I Love You Like A Brother.

alex ray
Credit photo : Alex Lahey

Après avoir fait parler d’elle l’année dernière avec son premier EP B-Grade University, la jeune brunette de Melbourne a signé sur le prestigieux label Dead Oceans et nous présente au final ce premier album qui est un pas en avant par rapport à ce qu’elle nous a proposé l’année dernière. Dès le départ, elle nous prend aux mots avec les brûlots pop-punk digne des années 1990-2000 comme Every Day’s The Weekend où on découvre une jeune australienne qui fonctionne en carpe diem mais aussi Perth Traumatic Stress Disorder et autres I Haven’t Been Taking Care of Myself qui nous donneront envie de fredonner à longueur de journée.

Pour bien capter l’univers de la demoiselle, elle ne se prend pas la tête. Alex Lahey fait preuve de sincérité tout en ajoutant du second degré dans ses textes où elle se confie sur sa famille, son environnement tout en ironisant sur ses relations. Il est question de friendzone sur le titre éponyme bien évident mais également de relation amoureuse qui a viré à la catastrophe sur I Haven’t Been Taking Care of Myself rappelant brièvement Last Nite de The Strokes et Awkward Exchange qui revient sur une séparation pleine d’amertume sans oublier les incertitudes par rapport aux histoires de cœur sur les sonorités surf 60’s de I Want U et le plutôt sombre Lotto In Reverse riche en questions existentielles (« Am I scared of losing you or am I scared to be alone ? »). N’oublions pas non plus le mid-tempo Backpack qui relate une relation amoureuse avec une personne qui a toujours un pied dedans et un autre dehors (« It’s hard for me to put my arms around you when your backpack’s on ») et sur Let’s Call It A Day (« I kinda like you but I don’t like you, you like yourself too much ») mais fait preuve de lucidité sur la conclusion plus mélancolique There’s No Money en rapport à la crise économique qui fait ravage avec son interprétation qui nous procure des milliers de frissons.

Pour un premier album, Alex Lahey frappe très fort avec I Love You Like A Brother. La jeune native de Melbourne séduit par son humour et sa fraîcheur de vivre à travers un premier album qui flirte plus avec le pop-punk que l’indie rock auquel elle nous a habitué sur son premier EP. Peu importe si elle nous friendzone, on empêchera d’aimer cet album comme si c’était notre premier crush.

Florian SONI BENGA

Alex Lahey – I Love You Like A Brother
Label : Dead Oceans / [PIAS]
Sorti le : 6 octobre 2017

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des